• Se connecter

La position des centres de pression et des masses d'air (à 850 hPa)

123456789101112131415161718192021222324252627282930
Agrandir l'image

123456789101112131415161718192021222324252627282930
Agrandir l'image

Période Type de masse d'air Cause
du 1 au 2

 Martime Polaire

Dépression Allemagne
du 3 au 5
- Marais Barométrique
du 6 au 7 - Anticyclone Scandinavie (et marais barométrique)
du 8 au 10  Maritime Anticyclone Allemagne
du 11 au 17
Maritime Basses pressions Europe Ouest
du 18 au 20

Maritime

Dépression BaltiqueSud Islande - Scandinavie
du 21 au 24

Maritime (Tropical)

Dépression NO Ecosse
du 25 au 31

Maritime

Basses pressions NO GB => Scandinavie

Bilan chiffré du mois



Quelques valeurs pour la station d'Uccle :

 

Température
en °C

Précipitations en litres / m² (jours)

Insolation
en heures

Valeurs

16.0

174.6 (24)

116.3

Normales 1981-2010*

16.2

71.8 (15.0)

187.7

Ecart

-0.2

102.8 (9)

-71.4

Chart will load here
 

* Note importante concernant les moyennes : à partir de janvier 2010, nous utliserons les moyennes de la période 1981-2010 qui feront office de normales, afin de mieux coller à la réalité récente du réchauffement climatique global.

Le bilan complet se trouve ici : Relevés pour juin 2016.
Retrouvez aussi nos graphes mensuels de nos stations du réseau MeteoBelgique sur le lien ici.

Commentaire

Le mois de juin 2016 fut caractérisé par des températures conformes aux normales. L'insolation fut anormalement déficitaire, tandis que les précipitations furent exceptionnellement excédentaires en quantité et en fréquence. (Station de référence : Uccle).

Un mois qui restera dans les annales pour ses nombreux orages (20 jours d'orage ont été comptabilisés au total pour le territoire belge, un record pour le mois de juin); orages qui génèreront de nombreux dégâts dus aux inondations principalement mais aussi dus au vent, à la grêle, voire à la foudre. Trois personnes au moins ont perdu la vie à cause de ses intempéries de ce mois de juin 2016. Le total des précipitations à Uccle, avec 174,6 mm est le cumul mensuel le plus élevé enregistré à Uccle pour un mois de juin depuis le début des mesures en 1833. Le précédent record, 173,7 mm de 1839 est battu. Au delà de ce mois de juin, c'est tout le 1er semestre 2016 qui aura été arrosé : ici aussi ce sera la valeur de précipitations enregistrée la plus haute pour cette période depuis 1833 ! (Voir notre article à ce sujet ici)

Les brouillards ont été nombreux lors de cette première décade de juin,
comme ici à Braine-le-Compte, le 4 juin 2016
.
Photo : Eulzor

Les premiers jours de juin 2016 ont continué sur la lancée de mai : de nombreuses averses orageuses ont concerné le pays. (Voir notre newsflash ici). 

Le 1er juin 2016 fut journée fraîche, humide, brumeuse où la température, en bien des endroits, n’atteint même pas les 15°C. Avec un brouillard matinal qui se dissipe mal, des stratus qui persistent et qui, le soir, redescendent tellement bas qu’on peut reparler de brouillard en de nombreux lieux. On retrouvera d'ailleurs ces brouillards en de nombreuses journées de cette première décade, donnant une impression de fin d'automne plutôt que de début d'été ! Des orages éclateront le soir, dans le nord-est de notre pays principalement : A Kleine Brogel, on attenidra une cote pluviométrique journalière de 61 mm.

Le 2 juin, ce sera surtout l'est et le sud du pays qui seront concernés par les averses orageuses : dans cette zone plus chaude, l’humidité associée à l’instabilité ont fait littéralement exploser les cellules, notamment « boostées » par une baisse des températures au niveau 500 hPa et par la proximité de l’ondulation du front (voir plus haut la carte de la situation synoptique de cette journée). À nouveau, on observe d’importants totaux de précipitations, en Ardenne notamment jusqu'à 27,0 mm à Gouvy. La station MB de Beausaint est même arrivée à 33 mm.

Après une relative période de temps plus calme, mais souvent fort brumeux, la grisaille de ces derniers jours a fait place au soleil ce 5 juin 2016, ce qui a permis au mercure de grimper largement au delà des 25°C par endroits. Ainsi, à l’exception de la bande côtière soumise à une brise de mer bien développée, il a fait chaud avec 28,1°C à Koersel, 28,0°C à Essen et Kleine Brogel et 27,4°C à Retie. D’une façon générale, il a fait entre 24 et 27°C sur une large portion du territoire, entre 15 et 17°C au littoral, 20-22°C dans les polders encore partiellement influencés par la brise de mer, et entre 21 et 23°C sur les hauts plateaux.

Mais qui dit chaleur, dit aussi convection, d'autant que l'humidité est bien présente : dans l'après-midi, les orages éclateront ici et là, jusqu'en début de nuit. Avec les sols saturés d'eau, de nouvelles inondations ont été observées sur le pays, notons Manhay, Erezée, Bièvre et Wavre (40 mm récoltés ce jour en cette station). Des coulées de boues ont eu lieu à Hamoir, tandis que la Flandre ne fut pas en reste avec des inondations à Rumst et Schelle.

La plus petite ville de Belgique, Durbuy, touchée par les inondations, le 6 juin 2016.
Photo : Laurent Hubert.

Le 6 juin, les températures ont grimpé jusqu'à 29,3°C à Angleur; les autres valeurs les plus hautes enregistrées en Belgique : Koersel : 28,1°C, Hastière : 27,8°C, Kleine Brogel : 27,3°C...
Les premiers orages ont été notés dès le début de l’après-midi au sud-est de Liège, puis rapidement aussi dans la région de Durbuy. En après-midi, on observait deux cellules particulièrement violentes, l’une se déplaçant de Verviers à Welkenraedt avec fortes pluies et grêlons, et une autre se déplaçant au sud-est de Namur avec, là, des grêlons de 2 à 3 cm (région de Hamois principalement). En fin d’après-midi, les orages se sont multipliés, avec des exemplaires très développés à l’ouest de Bruxelles et au Hainaut, tandis que le massif ardennais continuait à être fortement affecté par les orages, pendant que des inondations sévissaient, entre autres, à Soiron et à Thimister.

L'épisode orageux de ces 10 derniers jours se termine en apothéose, ce 7 juin 2016... Si on peut dire.
Il faut dire que cette fois encore, tous les ingrédients étaient là pour une journée orageuse : chaleur (jusqu'à 28,6°C à Kleine Brogel), humidité et instabilité de l'atmosphère. En outre, rien dans la structure verticale de l’atmosphère n’est là pour empêcher la formation des orages : des températures de 12°C au niveau 850 hPa (vers 1570 mètres) permettent une bonne instabilité de basses couches par réchauffement diurne, tandis que des températures de saison au niveau 500 hPa (–17°C) sont garantes d’une instabilité suffisante dans les couches moyennes, par contraste avec les basses couches chaudes.

Les orages ont commencé à se développer sur nos Hautes Fagnes dès la fin de la matinée. Ailleurs il faudra attendre la seconde moitié de l'après-midi; ces orages se regroupent ensuite en multicellulaires étendus, se rangeant parfois sur une ligne en cessant presque complètement de bouger. Cette relative immobilité, de même que la très forte intensité des précipitations va générer un véritable déluge sur les endroits concernés et des inondations. Les régions les plus touchées furent l'est et le sud de la Capitale (37 mm à Uccle et 34 mm à Woluwé-St-Pierre, et jusqu'à 88 mm à Beersel) mais le nord de Bruxelles fut quasiment épargné des précipitations (à peine 1 ou 2 mm à Neder-over-Heembeek ou à Koekelberg.
On retiendra les images du Boulevard de la Woluwe, ainsi que la station de métro Erasme, tous les deux sous eau. La région de Tournai (jusqu'à 61 mm de précipitations enregistré à Rumillies), le Brabant Wallon, les Hautes Fagnes le Limbourg etc... furent aussi particulièrement touchées.

De belles structures nuageuses de type cirrus vertebratus, à Bruxelles, le 10 juin 2016.
Photo : Ruben Peelman

Le 8 juin 2016, l’évacuation vers le sud de plusieurs lignes de convergence a placé notre pays dans des courants maritimes un peu plus frais dans les basses couches, ce qui a stabilisé l’atmosphère. On aura ainsi, malgré un temps un peu plus frais, de belles journées ensoleillées et enfin plus sèches (si l'on excepte encore l'un ou l'autre petit orage isolé), durant 3 jours.

Mais, dès le 11 juin, la pluie nous est revenue en force, souvent très abondante sous les averses. À Uccle, il a de nouveau plu tous les jours de cette seconde décade.

Le 11 juin, les fortes averses ont donné des cumuls pluviométriques  : Uccle (IRM) et Heuveland (MB) ont reçu pas mal d’eau avec 21 mm, suivis de Chièvres et de Mont-Rigi avec 19 mm. Le 12 juin, les cumuls ont atteint 27 mm à Deurne et 25 mm à Retie et Poederlee. Le 13 juin 2016, notre pays s’est installé dans un flux maritime tantôt perturbé, tantôt instable. Le ciel est souvent resté gris mais parfois, avec de belles trouées. Les précipitations ont à nouveau été relativement abondantes, avec 22 mm comme maximum à Poederlee (MB). Idem le 14 juin, avec le maximum de précipitations à la Hetre (25 mm).

Pour la suite de la seconde décade, la température continuera sa baisse (souvent entre 16 et 19°C en plaine) et, même si les nuages d’instabilité ont été prédominants, les éclaircies n’ont pas été très larges. Le 17 juin 2016, retour des inondations (surtout l’ouest du Hainaut) où la pluie est tombée abondamment et ce durant plusieurs heures. Ce ne sont pas tant les précipitations (bien qu’abondantes, jusqu'à 34 mm à la Hestre) du jour qui ont été responsables des inondations, mais l’accumulation, qui a détrempé les terres et qui a fait qu’il n’y avait plus beaucoup d’absorption possible. Le fait que ces précipitations, par endroits, ont pu tomber en peu de temps a également favorisé la survenue d’inondations.

Toujours des averses, parfois soutenues le 18 juin (jusqu'à 30 mm à Kruishoutem), journée qui fût fort fraîche (à peine 16,5°C comme maximum à Uccle), avant une journée plus sèche le 19 juin.

Après deux journées très sombres le 20 et 21 juin (de quoi nous faire oublier que nous passions dans le solstice de l’été (21 juin à 00h34 heure locale) avec le retour de précipitations (encore et toujours), une augmentation de la température a concerné notre pays les jours suivants : le 22 juin, pendant que les restes de la perturbation frontale s’évacuaient vers le nord-est, un nouveau front chaud a touché le sud du pays aux très petites heures du matin pour ensuite traverser, non sans mal, notre pays en cours de journée. Vers le milieu de l’après-midi, le pays entier s’est retrouvé dans un vaste secteur chaud. Des basses pressions thermiques de surface s’y sont rapidement formées, créant ainsi des lignes de convergence en principe favorables aux orages, mais souvent inhibées par une inversion dans notre pays.

Un vent tournant au sud et les quelques éclaircies ont permis aux températures de grimper nettement avec des valeurs de 25-27°C en de nombreux endroits (le plus chaud : Passendaele avec 27,1°C et Kruishoutem avec 27,0°C). Mais cet air chaud d’origine tropicale, passant sur les terres détrempées, est resté fort humide.

Une situation très particulière (mais récurrente par ce type de temps) s’est présentée dans l’extrême nord de la France, aux portes de la Belgique; en effet, si le vent du sud a repoussé pendant un certain temps la brise de mer belge, cela n’a pas été le cas le long de la Côte d’Opale, orientée nord-sud du côté du Touquet et de Boulogne, où le vent a facilement pu basculer vers le sud-ouest et faire pénétrer l’air frais de la mer. Cette rencontre de la brise de mer buttant contre le vent général de sud, a formé une puissante zone de convergence au sud de Calais, où l’air forcé à monter est venu à bout de l’inversion et a ainsi pu former quelques cellules orageuses très puissantes… juste à cet endroit là. Avec les cisaillements du vent, l’une a réussi à se transformer en supercellule. Celle-ci s’est ensuite dirigée vers la Belgique. Cette supercellule a été directement visible tant à Cassel (FR) qu’à Bruges, tandis que le cumulonimbus a été visible de fort loin. À Audenaerde par exemple, l’enclume était encore bien visible, tandis que se profilaient devant des altocumulus floccus et castellanus donnant une ambiance quelque peu inquiétante.

De la grêle et de fortes rafales ont été observées dans le sillage de cette supercellule, tandis que Bergues (FR, près de Dunkerque) a connu de très fortes précipitations entre 20 et 21h, avec un total de 50 mm rien que pour cet orage !

Le 23 juin 2016, notre pays est resté du côté chaud, avec un front qui s’est mis à onduler à l’ouest de notre pays. De nombreuses zones de convergences, à l’intérieur de cette masse d’air chaud et particulièrement humide, ont été responsable de deux offensives orageuses virulentes. Cette chaleur s’est fait rapidement ressentir dès la matinée, avec des températures atteignant localement 25°C dès 9 heures. Mais le ciel montrait rapidement des prémices d’orage.

Les orages ont touché le Tournaisis et l’ouest de la Flandre Occidentale dès le début de la matinée, avec parfois fortes rafales et précipitations, puis se sont propagés vers le centre du pays en fin de matinée. La chute temporaire des températures sous les orages a été particulièrement remarquable.

L’après-midi, le ciel s’est à nouveau dégagé, avant la formation de nouveaux cumulus. La température remontait, mais l’humidité laissée par les orages et leur outflow a donné des valeurs d’inconfort rarement atteintes en Belgique au niveau de la combinaison chaleur/humidité.

On parle de l'humidex pour chiffrer cette combinaison. Dès une valeur de 30, l'inconfort peut déjà se faire ressentir tandis qu'à partir de 40, certains pays comme le Canada par exemple lancent une alerte de « chaleur accablante ». La valeur de l'humidex de 41,7 a ainsi été atteinte à Diepenbeeck, ce qui est particulièrement exceptionnel dans nos contrées.

Les températures les plus élevées ont été atteintes sur la partie orientale du pays, avec par exemple 33,1°C à Angleur, mais les 30°C ont été dépassés en de nombreux endroits de notre pays (Koersel, Genk, Kleine Brogel, Hastière, Bierset). Uccle est resté en-deça (29,3°C), mais le centre du pays a néanmoins connu 30°C par endroit, comme par exemple à Zaventem avec 30,1°C.

Ces conditions, évidemment, sont idéales pour une seconde offensive orageuse. Et, comme on peut le lire dans le Newsflash de MétéoBelgique, de nombreux orages se sont abattus sur le pays en soirée. 

Cette fois, c'est principalement le centre du pays qui a été touché par les intempéries. Les provinces de Hainaut (Borinage), les deux Brabants, et celle du Limbourg ont été particulièrement arrosées par les pluies diluviennes.
Des dégâts dus au vent (de nombreux arbres sont tombés sur les routes), ainsi qu'à la foudre ont été signalés. Parmi les entités les plus touchées par les intempéries : Binche, Manage (où une victime est malheureusement à déplorer, suite à la chute d'un arbre foudroyé, sur son véhicule), l'ouest de la Capitale (les communes de Jette, Molenbeek, Forest, Anderlecht), les communes de Jodoigne, Wavre, Nivelles, Ottignies, Chastres en Brabant Wallon. A Jodoigne, le toit d'un complexe sportif s'est effondré, sans doute consécutif à de très fortes rafales de vent (rafales descendantes ou downburst).

Quant aux précipitations de cette journée du 23 juin, les valeurs les plus hautes ont été atteintes à Dessel (56 mm), Seneffe (44 mm) et Retie (39 mm). 

Le mois se terminera sous un mode à nouveau plus frais et légèrement perturbé, donnant au final un cumul pluviométrique à ce mois de juin particulièrement remarquable sur tout le pays.

Les chiffres sur le pluvieux mois de juin 2016 (entre parenthèses, les valeurs décadaires) :

Uccle : 174,6 mm (51,4 mm / 83,8 mm / 39,4 mm)
Koersel : 177,5 mm (66,3 mm / 74,6 mm / 36,6 mm)
Kleine Brogel : 221,6 mm (90,0 mm / 86,5 mm / 41,1 mm)
Genk : 231,7 mm (96,8 mm / 72,1 mm / 62,8 mm)
Bierset : 146,2 mm (57,3 mm / 71,8 mm / 17,1 mm)
Elsenborn : 194,8 mm (71,6 mm / 89,6 mm / 33,6 mm)
Mont-Rigi : 299,4 mm (133,5 mm / 109,9 mm / 56,0 mm)

Très bel arcus annonçant l'arrivée d'un front orageux particulièrement actif,
le 23 juin 2016 à Gourdinne
.
Photo : Henry Vicenzy

 

Écart aux normales des températures et précipitations pour l'Europe occidentale.

 201601temp
Écart des températures moyennes mensuelles par rapport aux normales (en °C)

 201601prec
Pourcentages des précipitations mensuelles par rapport à la normale (100)

Source : NOAA

Comparaison avec nos tendances saisonnières.

Les orages que nous avions annoncés furent bien là : c'est ainsi pas moins de 20 jours d'orages qui auront été comptabilisés sur notre pays, ce qui est exceptionnel, le précédent record, avec 19 jours en 1982, est battu. Nous avions prévu les orages surtout en première et dernière décade (annoncés comme potentiellement intenses), ils furent bien au rendez vous : on se souviendra longtemps encore de ces orages du début juin et ceux du 23 juin, qui ont fait l'objet de deux newsflash sur notre site.

Nous avions annoncé un mois de juin en excédent pluviométrique : il le fut, mais cet excédent devait s'avérer finalement plus important que prévu : il devint finalement le mois de juin à Uccle le plus arrosé depuis le début des mesures climatologiques, en 1833.

La température et l'insolation furent moins importantes que prévu : nous pensions connaître une dernière décade de juin aux températures excédentaires et au temps plus estival : le coup de chaud du début de décade, durant lequel la barre des 30°C aura été dépassée en de nombreux endroits de notre pays le 23 juin, ne parvint toutefois pas à se maintenir et fit place à un temps à nouveau frais, et très peu lumineux pour la suite de la décade.

Tendances saisonnières pour juin 2016
(publiées le 31 mai pour nos abonnés Premium)



juin 2016

Indice confiance : 70%
Mois assez chaud, mais instable.
Température
(écart à la normale)
Légèrement supérieure à la normale
Chart will load here
Précipitations
(% de la normale)
Légèrement supérieures à la normale
Chart will load here
Insolation
(% de la normale)
Légèrement supérieure à la normale
Chart will load here
Résumé 1ère décade 2ème décade 3ème décade
Type de temps
Température

Proche de la  normale Le mois de juin, comme prévu le mois dernier, sera souvent instable. Il sera aussi, comme prévu, plus chaud que la normale. Par contre, les précipitations devraient finalement être excédentaires (pas vraiment en fréquence mais tout au moins en quantités).

Le mois commencera sous un temps morne et gris, et juste un peu trop frais, dans la continuité de la fin mai que nous venons de connaître. le retour des averses, parfois soutenues et orageuses sont au menu de cette première partie de juin 2016, mais la situation ne devrait pas être aussi préoccupante que la fin mai que nous venons de connaître. Pour la suite de la première décade, si le temps restera instable, les températures devraient remonter pour se situer, en fin de première décade au dessus des normales saisonnières.

La seconde décade devrait nous gratifier d'un temps assez variable, mais à l'insolation souvent généreuse et donc moins perturbé et moins instable que celui de la première décade. L'instabilité reviendra en dernière décade, mais les températures devraient à nouveau être supérieures aux normes. Les orages devraient quelque peu empêcher de profiter de ces températures estivales en gâchant les soirées, voire même déjà les fins d'après-midi. Attention, ceux-ci pourraient être à nouveau sévères : à surveiller !

Newsflash

Prochains jours

Vendredi 17°
Samedi 16°
Dimanche 17°
Lundi 14°
Mardi 13°

Relevé à 02:40

  • Ostende : 13°
  • Gand : 13°
  • Anvers : 13°
  • Bruxelles : 10°
  • Charleroi : 11°
  • Namur : 11°
  • Liège : 12°

Météo à la une

  • Modèle WRF

    Modèle WRF

    MeteoBelgique vous propose ses cartes du modèle WRF à maille fine.
  • Météogramme WRF

    Météogramme WRF

    Consulter nos propres météogrammes basés sur le modèle WRF pour n'importe quel code postal en Belgique !
  • Graphique d'ensoleillement

    Graphique d'ensoleillement

    Nos abonnés Premium peuvent maintenant consulter l'ensoleillement des dix derniers jours.

Observation temps réel

Vaux-Chèvremont à 02:39
Température : 11.4°C
Pression : 1024 hPa
Humidité : 90%
Précipitation (24h) : 0 mm
Vent : Nord (très faible)