• Se connecter

La position des centres de pression et des masses d'air (à 850 hPa)

123456789101112131415161718192021222324252627282930
Agrandir l'image

123456789101112131415161718192021222324252627282930
Agrandir l'image

Période Type de masse d'air Cause
le 1 Maritime  Dépression Manche => Danemark
du 2 au 4 Maritime  polaire, puis continental Anticyclone Bretagne -=> Biélorussie
du 5 au 12 Maritime  Basses pressions atlantiques
du 13 au 16 Maritime  Anticyclone Alpes => Russie
du 17 au 23 Continental  Anticyclone Scandinave
du 24 au 26 Maritime  polaire Anticyclone Scandinave => Islande
du 27 au 30 Maritime Basses pressions Nord Atlantique

Bilan chiffré du mois



Quelques valeurs pour la station d'Uccle :

 

Température
en °C

Précipitations en litres / m² (jours)

Insolation
en heures

Valeurs

7.4

54.9 (12)

96.0

Normales 1981-2010*

6.8

76.4 (18.8)

66.3

Ecart

0.6

-21.5 (-6.8)

29.7

Chart will load here
 

* Note importante concernant les moyennes : à partir de janvier 2010, nous utliserons les moyennes de la période 1981-2010 qui feront office de normales, afin de mieux coller à la réalité récente du réchauffement climatique global.

Le bilan complet se trouve ici : Relevés pour novembre 2018.
Retrouvez aussi nos graphes mensuels de nos stations du réseau MeteoBelgique sur le lien ici.

Commentaire

Ce mois de novembre 2018 a été caractérisé par des températures proches des normales et par une insolation très anormalement excédentaire. Quant aux précipitations, si elles furent proches de normales en quantités, elles furent très anormalement déficitaires en fréquence. (Station de référence : Uccle).

On retiendra de ce mois de novembre 2018 la continuité d'un temps plus ensoleillé que la normale avec également une fréquence de précipitations plus basse que la normale, comme c'est le cas depuis quasiment le début d'année. 

L'ensoleillement a encore été généreux en novembre 2018, comme il l'a été
tout cet automne, comme ici à Jette, le 17 novembre 2018.
Photo : Michel Stockman.
 

Le 1er novembre 2018, des constructions anticycloniques, tant sur l’Océan que sur le Continent, atténuent les perturbations présentes sur notre pays. Un retour vers une circulation d’ouest demeure exclu. Le temps est gris avec altostratus / altocumulus, parfois doublés de stratocumulus, voire de fractus sous les (quelques) précipitations. Au sud du pays, on note aussi quelques nuages d’instabilité et, en contrepartie, quelques éclaircies. Au littoral, on observe également quelques éclaircies par effilochement de l’altostratus en cirrus.
Les précipitations en journée restent très modestes (1 à 2 mm au plus) et tombent l’après-midi. La nuit qui suit, il en tombe un peu plus, mais ce sera la dernière fois avant une nouvelle période de beau temps.
Les températures maximales sont proches des normes saisonnières, avec le plus souvent 12 à 13°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. Au littoral, mais aussi sur l’ouest des plaines, il fait plus doux avec 14 à 15°C.

Le 2 novembre 2018, la dernière perturbation, qui traverse le pays la nuit du 1 au 2, se présente sous la forme d’un front froid et est suivie par une hausse rapide de la pression des suite d’un anticyclone qui se renforce sur la Manche et qui se centre sur le sud de notre pays dans le courant de la nuit du 2 au 3.
L’amélioration du temps ne se fait pas attendre. Le ciel est bleu dès le matin et le reste, si l’on excepte quelques bancs de stratocumulus résiduels. L’après-midi, des cumulus se développent dans un air plus froid dans les couches moyennes (temporairement –2/–3°C au niveau 850 hPa). Plus haut, une inversion empêche un trop grand développement de ces cumulus. Le soir, les traînées d’avion restent longtemps visibles.
Dans le sud du pays, les stratocumulus sont plus persistants et se doublent d’abord de cumulus avant de se disperser (le plus tard dans l’extrême sud). Au littoral, le ciel est très limpide mais les cumulus sont présents dès le matin.
Les températures, grâce au soleil, remontent en journée pour atteindre 11 à 12°C en plaine et 6 à 7°C sur les hauteurs (d’où la petite instabilité de basses couches).

Le 3 novembre 2018, l’anticyclone poursuit sa course et se déplace de l’Allemagne à la Pologne en cours de journée. De ce fait, l’air redevient continental chez nous, avec des vents de sud à sud-est. Le temps est beau à faiblement voilé par des cirrus. Au littoral, on note aussi quelques altocumulus et des cirrus spissatus parfois denses.
La nuit est d’abord froide, avec 0 à –2°C en plaine et jusqu’à –5°C dans certaines vallées ardennaises (–5,0°C à Givry comme valeur la plus basse). Sur certains plateaux et aux endroits moins exposés, le minimum ne descend pas en dessous de 2 à 3°C.
En journée, les températures restent assez fraîches malgré le soleil, avec 10 à 11°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. En altitude par contre, les températures remontent bien, pour déjà atteindre 5°C au niveau 850 hPa en soirée.

Paysages givrés à Xhoffraix, au petit matin bien froid de ce 3 novembre 2018.
Photo : Alexis Papapanayotou.
 

Le 4 novembre 2018, l’anticyclone poursuit se course vers le nord-est mais continue à influencer le temps sur nos régions.
La nuit est à nouveau froide avec des valeurs jusqu’à –2°C aux endroits exposés en plaine et jusqu’à –3°C dans certaines vallées ardennaises, mais aussi brabançonnes. Sur la plupart des plateaux par contre, la température ne descend pas en dessous de 2 à 3°C. Au littoral, ces valeurs se situent même entre 4 et 6°C (6°C pour la bordure immédiate de la mer).
En altitude, l’air continue à se réchauffer pour atteindre 13 à 14°C vers 1000 mètres d’altitude en soirée. En surface, ce réchauffement ne réussit que partiellement en raison d’une résorption incomplète de l’inversion en journée. Les endroits les plus privilégiés enregistrent 14 à 15°C, d’autres restent plus proches de 12°C, voire un peu moins. Le maximum le plus élevé s’observe à Angleur (15,1°C), le plus bas en plaine à Anvers-Deurne (11,6°C). En Ardenne, Saint-Hubert ne dépasse pas 10,5°C.
Le temps est ensoleillé, avec un léger voile de cirrus tendant à se disperser en journée. Dans le sud du pays, on observe parfois aussi du brouillard le matin, voire des stratus en matinée. Au littoral, le voile est un peu plus épais, et se double de quelques altocumulus. Le vent souffle en moyenne de sud-est. 

Le 5 novembre 2018, une arrivée massive d’air chaud se prépare, entre des hautes pressions sur l’Europe orientale et des basses pressions sur le Golfe de Gascogne.
Les températures en air libre sont particulièrement élevées. Au-dessus de Beauvechain, vers 300 mètres d’altitude (200 mètres de hauteur au-dessus du sol), la température atteint 18°C en soirée.
En surface, après une nuit moins froide que la précédente, les températures atteignent le plus souvent 14 à 15°C en plaine et ce, comme la veille, en raison d’une résorption incomplète de l’inversion. La Haute Belgique connaît une situation assez variable, avec 13°C sur les Hautes-Fagnes mais seulement 10°C sur le plateau ardennais. La plus haute température revient à Hastière avec 15,2°C.

Le 6 novembre 2018, le régime dépressionnaire devient lentement prédominant sur nos régions, mais n’influence pas encore négativement le temps. Que du contraire ! Un flux d’air extrêmement chaud arrive jusqu’à chez nous, et plusieurs records sont battus sur l’ouest et le sud-ouest de notre pays. Dans d’autres régions, les records sont parfois approchés. 
Les valeurs sont très élevées sur l’ouest avec 21,0°C à Kruishoutem (entre Courtrai et Gand) ! Non loin de Gand, nous avons aussi les 20,9°C de Melle. Le Hainaut occidental se défend pas mal aussi avec 20,7°C à Chièvres. Toutes ces valeurs sont exceptionnelles. Cet îlot de chaleur est très visible aussi au niveau des stations du réseau de MétéoBelgique avec 21,8°C à Rumillies et 21,7°C à Kain (les deux stations étant situées près de Tournai). Ces valeurs sont d'ailleurs tout à fait en ligne avec les 21,6°C relevés par l'IRM à Zulzeke (Kluisbergen), à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Tournai.
Un autre îlot de chaleur se retrouve en Campine avec 21,4°C à Koersel (au nord de Hasselt), mais là, il ne s’agit pas d’un record. En plus, la situation dans cette région est fort variable d’un endroit à l’autre en raison de l’inversion. La station MB de Brée, à une bonne vingtaine de kilomètres à l’est-nord-est, n’enregistre pas plus de 16,6°C.
Dans et autour de Liège, l’inversion joue un grand rôle aussi. Bierset, avec 19,5°C, monte plus haut qu’Angleur avec 19,1°C, tandis que la station MB de Liège doit se contenter de 17,4°C.
De façon générale, on peut dire que les températures maximales atteignent le plus souvent quelques 19°C au littoral, entre 20 et 21°C sur les plaines occidentales, entre 18 et 20°C sur les plaines orientales et entre 15 et 18°C sur les hauteurs (15°C pour le plateau ardennais, 17-18°C pour les Hautes-Fagnes). La Gaume, qui souffre le plus de l’inversion, ne dépasse pas 15 à 17°C.
En altitude, l’air est particulièrement chaud aussi, avec au-dessus de Beauvechain 19°C vers 500 mètres, 14°C vers 1000 mètres et 9 à 10°C vers 1500 mètres. Ceci indique bien qu’une petite inversion a subsisté dans les très basses couches presque partout en Belgique.
Le temps est légèrement voilé de cirrus, avec régulièrement en dessous des bancs plus ou moins importants d’altocumulus et de stratocumulus. Certains de ces altocumulus présentent un aspect « laineux » très marqué. Des éclaircies au bon moment (quand le soleil est le plus fort) sur certaines régions de l’ouest du pays permettent justement ces températures extraordinairement élevées qu’on ne trouve pas (vraiment) ailleurs.
Ajoutons à cela que pas mal d’endroits en Belgique connaissent un ciel flamboyant tant au lever qu’au coucher du soleil.
Le vent, quant à lui, souffle de sud à sud-est avec de petites rafales, mais généralement insuffisantes pour vraiment résorber l’inversion. À Uccle par exemple, le vent souffle un peu plus fort en matinée que l’après-midi, avec une température qui monte rapidement à 18,7°C à 11 heures, mais ensuite cette température se met à stagner, voire à baisser un peu (18,1°C à 12h) au contact d’un sol qui ne se réchauffe plus vraiment, d’autant plus que l’insolation est quelque peu freinée par les voiles nuageux qui, comme mentionné plus haut, sont moins marqués à ce moment dans certaines régions de l’ouest du pays.

Beau coucher de soleil à Nivelles, ce 6 novembre 2018.
Photo : Attila Fekete.
  

Le 7 novembre 2018, un front froid traverse notre pays dans le courant de la soirée de la veille et est suivi d’air maritime un peu moins doux. Une autre perturbation frontale aborde notre pays en milieu de journée tandis que des courants d’ouest s’établissent sur l’Océan avec d’autres perturbations. Une tentative de retour, donc, de la circulation zonale.
Cela se traduit au centre du pays par quelques éclaircies le matin, avec cirrus, altocumulus et stratocumulus à l’arrière de la première perturbation, tandis que le ciel se couvre rapidement à l’approche de la seconde perturbation, avec un nimbostratus (faiblement) pluvieux accompagné d’un peu de vent. Ensuite, le temps se lève à nouveau, mais avec un ciel voilé de cirrostratus / altostratus et quelques fractus et stratocumulus en dessous, présentant parfois un aspect quelque peu tourmenté.
Ailleurs, le temps n’est pas très différent sauf qu‘à l’ouest, le déroulement est un peu plus précoce et à l’est, un peu plus tardif. En soirée, on observe même déjà quelques coins de ciel bleu au littoral en soirée.
Les températures maximales, en baisse, restent cependant encore douces pour la saison, avec 12 à 14°C en plaine et 10 à 12°C sur les hauteurs. Localement, les 15°C sont encore atteints (Angleur : 15,0°C ; Aubange : 15,4°C).

Le 8 novembre 2018, une circulation relativement zonale s’installe sur l’Océan, mais notre pays reste fort tributaire des hautes pressions sur l’est du continent, qui envoient une crête presque jusqu’à nos régions. Il s’ensuit que le dernier front qui a traversé notre pays la veille recule, ondule et finit par réaffecter (faiblement) le sud et l’est de la Belgique.
Dans ces régions, le temps est d’abord assez beau, avec des éclaircies et un mix de cumulus et stratocumulus (prédominance de cumulus), ensuite le temps devient plus nuageux avec cirrus, altocumulus et stratocumulus à base plus élevée que les précédents.
Ailleurs dans le pays, il fait beau. En effet une large zone d’éclaircies s’établit entre les perturbations à l’ouest, sur l’Océan, et le front ondulant à l’est. Ceci est favorisé par des pressions restant assez élevées. Le ciel est parfaitement bleu, à l’exception de quelques rares cumulus / stratocumulus, et ici et là des cirrus.
Dans l’air maritime d’origine méridionale, les températures restent douces avec des maxima de 12°C au littoral, 13 à 14°C en plaine et 9 à 10°C sur les hauteurs. La Gaume, en raison des nuages plus nombreux, reste plus fraîche avec 10 à 11°C.

Le 9 novembre 2018, l'ancienne perturbation continue à onduler non loin du sud de notre pays avant de s’en approcher à nouveau en soirée, tandis que d’autres perturbations s’approchent de notre pays à partir de l’ouest.
La dégradation du temps n’est cependant que très relative. Le ciel se voile en matinée avec des cirrus et cirrostratus, évoluant temporairement vers l’altostratus. L’après-midi, l’altostratus se déstructure en altocumulus avec à nouveau des éclaircies.
Dans le sud du pays, le ciel demeure plus nuageux, avec parfois de la brume et des stratus / stratocumulus en matinée, puis un voile de cirrostratus / altostratus un peu plus persistant, accompagné de quelques altocumulus.
Les températures maximales sont proches de celles de la veille, avec 13-14°C en plaine, parfois 15°C, et quelques 10°C sur les hauteurs.

Le 10 novembre 2018, il fait un temps de novembre ! L’une des rares fois au cours de ce mois de novembre, qui sortira autant des normes que les autres mois de cette année affolante 2018
Le ciel est couvert de stratocumulus / nimbostratus et il pleut par intermittence. Il n’y a que le soir qu’on voit quelques éclaircies, avec des précipitations devenant plus instables aussi et évoluant en averses.
Le littoral, se retrouvant rapidement à l’ouest du front ondulant, connaît un temps meilleur, avec un matinée principalement des bancs de stratocumulus sous un voile d’altitude, puis une petite tendance aux averses l’après-midi, et de petites éclaircies.
Les températures évoluent peu, avec 12 à 14°C en plaine et 9 à 10°C sur les hauteurs. Le sud du pays, un peu plus frais, connaît aussi de fortes précipitations avec 28,5 mm à Aubange, 27,0 mm à Buzenol et 22,7 mm à Bièvre. Ces précipitations tombent tout au long de la journée, avec un maximum d’intensité en début de soirée (6 mm par heure à Buzenol) lors du passage du sommet d’une ondulation frontale.

Le 11 novembre 2018, une profonde dépression reste au sud de l’Islande et descend même un peu sur l’Océan. Les pressions sont hautes sur l’Afrique du Nord et le sud de l’Espagne, l’Italie et les Balkans. L’anticyclone continental s’est retiré loin vers le nord-est. Quoi de mieux pour qu’une véritable circulation d’ouest ou de sud-ouest s’instaure sur l’Europe de l’ouest, avec enfin les pluies tant attendues.
Oui, tout « semble » aller dans ce sens. Mais il faut insister sur le mot « semble ». Car les prévisions sont formelles depuis plusieurs jours déjà : ça ne durera pas !
D’ailleurs à y regarder de plus près, il y a des signes qui ne trompent pas. L’anticyclone qui s’est retiré vers le nord-est ne fait que gonfler, avec une pression dépassant 1050 hPa en son noyau. Un petit front froid sur l’ouest de la Russie s’avance vers le sud et atteint la Mer Noire en cours de journée. Le régime continental est déjà prêt. Il ne lui faudra plus que quelques jours pour revenir chez nous !

En attendant, profitons encore des pluies, qui seront même à nouveau abondantes par endroit en ce 11 novembre. Chièvres enregistre un total de 19,0 mm ; Uccle, 19,3 mm ; Bièvre, 23,8 mm ; Gouvy, 29,2 mm. De l’eau sur nos terres assoiffées ! Une perturbation ondule encore sur le sud du pays tandis que des lignes post-frontales intéressent les autres régions.
Après des pluies tôt le matin, le temps reste très nuageux en matinée avec stratocumulus (et parfois des fractus) et quelques rares éclaircies. L’après-midi voit le retour d’altostratus / stratocumulus / nimbostratus pluvieux dans lesquels s’enclavent des cumulonimbus avec averses. Ce sont ces dernières qui sont responsables de grandes disparités dans la pluviosité. Uccle enregistre 19,3 mm et Beauvechain… 1,3 mm ! Zaventem, entre les deux, reçoit 12,0 mm.
L’extrême sud du pays connaît un temps plus stable et un peu moins gris avec stratocumulus se disloquant partiellement et formation de cumulus plats. En après-midi cependant, les stratocumulus redeviennent plus nombreux et couvrent la quasi-totalité du ciel. Le littoral connaît des éclaircies aussi, mais là par régime instable, avec des cumulonimbus en mer.
Les températures, toujours assez douces pour la saison, se situent le plus souvent entre 13 et 14°C en plaine et entre 9 et 10°C sur les hauteurs.

Le 12 novembre 2018 est une journée très intéressante, qui mérite qu’on s’y attarde un peu.
L’anticyclone russe, toujours aussi puissant, commence à reformer une véritable situation de blocage. Les pressions sont en forte hausse aussi sur l’Europe centrale tandis qu’une perturbation continue à onduler sur le sud de notre pays. Elle fait partie d’un vaste front s’étendant de la Finlande à l’Espagne et l’ouest du Maroc. À l’avant de ce front s’établit une arrivée massive d’air chaud qui subit en plus un effet de foehn en passant au-dessus des Alpes.
Dans cette région, à Oberstdorf (Bavière), le ciel est bleu et la visibilité, extraordinaire. Malgré les 810 mètres d’altitude, la température y atteint 19,5°C ! Un peu au nord-est, le Hohenpeißenberg, à 977 mètres, atteint 19,9°C.
Plus près du front, un vaste couloir d’air toujours aussi chaud s’accompagne d’un ciel plus nuageux. L’ouest de l’Allemagne, mais surtout l’est de la France sont envahis par cet air chaud. À Colmar, la température atteint 21,6°C et à Nancy, 21,2°C ! Le temps dans ces régions est souvent nuageux à très nuageux avec stratocumulus et altocumulus quelquefois lenticularis, tandis que des cumulus se forment parfois dans les éclaircies.
La Gaume se trouve à la lisière de cet air chaud, avec là aussi principalement des altocumulus et des stratocumulus, mais aussi des cirrus et cirrostratus. Les 17,0°C d’Aubange peuvent être considérés comme remarquables pour une 2e décade de novembre et constituent là l’une des températures les plus élevées à pareille époque de l’année. Mais en 2006, il y a fait plus chaud encore avec 18,4°C le 16 novembre et 17,4°C le 25 novembre, pourtant déjà situé dans la 3e décade. La station MB de Virton a enregistré 17,8°C alors que le record de la région se situe autour de 19°C (l’ancienne station de l’IRM de Virton avait enregistré 19,0°C le 11 novembre 1995).
Une frange de cet air très doux s’est aussi retrouvée sur l’extrême est du pays, avec 14,4°C à Elsenborn. Mais là, on est resté très loin du record (18,8°C le 12 novembre 1995).
La plus grosse partie du pays, toutefois, s’est retrouvée du mauvais côté du front, avec des températures moins élevées. Les 10 à 12°C observés le plus souvent en Basse et Moyenne Belgique sont très proches des normes saisonnières. Il convient de signaler que c’est aussi la dernière fois qu’on y enregistre des précipitations dignes de ce nom. Zaventem mesure 8,0 mm, Chièvres 6,0 mm et Uccle 5,7 mm. Sinon, les stations enregistrent le plus souvent entre 2 et 4 mm.
Le temps est souvent au départ gris, avec nimbostratus se disloquant en cours de journée et faisant place à des altocumulus / stratocumulus sous lesquels on trouve encore quelques fractus. Les régions juste à l’ouest du front ondulant connaissent un ciel gris toute la journée.

Les virga du soir du 8 novembre 2018 à Héron étaient particulièrement photogéniques.
Photo : Jean-Louis Rondia.
 

Le 13 novembre 2018, des anticyclones se forment partout. L’anticyclone des Açores remontre (bien) le bout de son nez, un nouvel anticyclone, issu de celui-ci, est en train de se former sur la France tandis que l’anticyclone russe reste bien en place.
Après la dispersion de nuages résiduels (principalement des stratocumulus doublés de cumulus, avec encore des gouttes de pluie), le temps devient beau, avec encore quelques cumulus et l’un ou l’autre banc d’altocumulus. Le littoral connaît le beau temps en premier tandis que le sud du pays reste plus longtemps nuageux, avec des cumulus plus nombreux.
Plus aucune précipitation significative n’est enregistrée : les quelques gouttes du début de journée, quand il y en a eu, ne représentent que quelques dixièmes de millimètres.
Les températures restent toujours dans le même ordre de grandeur que les jours précédents, avec des maxima de 13-14°C en plaine et 9-10°C sur les hauteurs.

Le lendemain, le 14 novembre 2018, un pont anticyclonique se met en place entre l’Espagne et la Russie.
Le temps est très beau en presque toute région, avec l’après-midi un fin voile de cirrus. Le sud du pays connaît toutefois un brouillard assez coriace, que ne se dissipe qu’à la mi-journée en passant par le stade de stratus fractus. L’Entre-Sambre-et-Meuse est également concernée par des brouillards.
Grâce à un petit vent de sud à sud-est, encore tout juste assez fort pour résorber en grande partie l’inversion, le temps reste doux en journée, avec des maxima de 13 à 14°C en plaine et de 9 à 10°C sur les hauteurs. Des disparités existent cependant dans l’évolution diurne des températures en fonction de la présence ou de l’absence de brouillard. À Uccle, le thermomètre monte vite, dès le milieu de la matinée, ce qui fait qu’une grande partie de la journée se passe dans la douceur. À Buzenol, la matinée reste très fraîche et la douceur n’est présente que temporairement l’après-midi, après dissipation complète du brouillard. 

Le 15 novembre 2018, la cellule anticyclonique qui était née sur la France s’est ensuite déplacée vers l’est avant de fusionner en cours de journée avec l’anticyclone russe. Grâce à des hausses de pressions également sur la Suisse, l’origine de la masse d’air reste méridionale et le vent souffle en moyenne de sud-est.
La combinaison des courants méridionaux et de la compression adiabatique anticyclonique donne des températures très élevées pour la saison en altitude, jusqu’à 10°C au niveau 850 hPa vers 1550 mètres.
En surface, les températures sont très contrastées d’un endroit à l’autre en raison de la résorption ou non de l’inversion et de son corollaire, la dissipation ou non du brouillard.
Une grande partie du pays connaît un temps très ensoleillé avec un ciel tout à fait serein. Dans le sud du pays cependant, la brume ne parvient pas à se dissiper, avec un stratus qui persiste toute la journée. En Ardenne, la situation est variable, avec certains endroits ensoleillés du matin au soir et d’autres qui héritent du brouillard qui déborde des vallées soit en matinée, soit en soirée.
L’extrême ouest du pays est concerné par une nappe étendue de stratus présente sur la France qui déborde sur notre pays en cours de journée. Sur l’ouest du Hainaut, la journée commence sous le soleil, mais dès la fin de la matinée, le ciel se couvre de stratus, qui persistera jusqu’à la fin de la journée. Temporairement, ces stratus se répandent jusqu’à la partie centrale du Hainaut. En soirée et surtout après le coucher du soleil, ces brumes et stratus se répandent encore davantage.
Il en résulte de grandes différences dans les températures. Uccle monte jusqu’à 16,9°C tandis que Buzenol doit se contenter de 4,6°C. Le plus souvent, les maxima atteignent 14-15°C dans les zones ensoleillées des plaines, et jusqu’à 12-14°C sur les hauteurs. Dans les zones à brouillard ou stratus, cela dépend essentiellement de l’heure de dissipation (ou d’apparition) de ce brouillard ou stratus.
Plus dans le détail, nous avons Angleur et Uccle qui arrivent au sommet du hit-parade, avec respectivement 17,2°C et 16,9°C. Au vu de la couche d’air à 14°C présente à quelques 300 mètres au-dessus du sol, on peut dire que ce sont les seuls endroits où l’inversion (de basse couche) réussit à se résorber totalement. Sinon, il n’y a que la Hestre, Gosselies et Gembloux qui franchissent encore la barre des 15°C, avec respectivement 16,0°C, 15,4°C et 15,1°C.
Les maxima les plus bas correspondent évidemment aux zones où le brouillard ne s’est pas dissipé. C’est le cas de Buzenol (4,6°C) et d’Aubange (5,6°C). L’inversion, même en journée, y demeure très marquée, avec près de 5°C en surface (voir valeurs de Buzenol et d’Aubange), 2°C au sommet de la couche de brouillard et de stratus (400-500 mètres de hauteur au-dessus du sol, soit quelques 800 mètres d’altitude). Au-dessus, la température se situe autour de 10/11°C.
Sur l’ouest du pays, la montée des températures est « cassée » par l’arrivée des stratus, avec pas plus de 9,4°C à Beitem et 9,9°C à Passendaele.
On remarquera enfin la chute très rapide des températures aux endroits exposés. À Elsenborn par exemple, la température atteignait encore 11,5°C à 16 heures pour tomber à –1,0°C à 19 heures !

Le 16 novembre 2018,les conditions anticycloniques persistent avec un afflux d’air continental. Les zones d’éclaircies et les zones de brouillard / stratus sont toutefois différentes de celles de la veille. Cette fois-ci, c’est l’est du pays qui bénéficie d’éclaircies, et le centre et l’ouest qui sont plongés dans la grisaille.
En Campine, on n’observe que temporairement du brouillard / stratus fractus en matinée, sinon le ciel est serein. Dans la région liégeoise, le ciel est souvent serein même toute la journée. En Ardenne, c’est plutôt le matin qu’on observe du brouillard, puis le ciel y est serein aussi. En Gaume, le stratus s’accroche plus longtemps, ce n’est qu’en après-midi qu’il fait beau. Dans toutes ces régions, les températures sont parfois basses la nuit (–3,2°C à Elsenborn ; –2,6°C à Genk ; –1,9°C à Kleine Brogel), mais en journée, il fait doux avec 11 à 12°C dans les Hautes-Fagnes, 11 à 13°C en région liégeoise et jusqu’à 15°C dans certaines vallées. Quelques valeurs : 15,0°C à Hastière, 13,3°C à Angleur, 11,7°C à Elsenborn, 11,3°C à Strée (Huy), 11,2°C à Bierset, 10,8°C à Mont-Rigi, 10,0°C à Gorsem, 9,7°C à Genk, 9,3°C à Kleine Brogel, 9,0°C à Koersel...
En Gaume et sur les plateaux de l’Entre-Sambre-et-Meuse, il fait le plus souvent autour de 8°C.
À l’ouest et au centre du pays, on observe du brouillard et des stratus tout au long de la journée. Les minimas y sont le plus souvent positifs et ne descendent parfois pas en dessous de 5 ou 6°C. En journée par contre, il ne fait guère plus chaud avec des maxima le plus souvent proches de 6°C. Le maximum le plus bas revient à Essen, au nord d’Anvers, avec 4,8°C.
En altitude il fait par contre très doux avec des températures dépassant par moments 13°C vers 1000 mètres d’altitude. En d’autres termes, l’inversion n’est vraiment résorbée nulle part : elle l’est partiellement dans les zones à éclaircies, et pas du tout ailleurs.

Le 17 novembre 2018, une zone anticyclonique reste bien présente entre la Norvège et le Belarus en passant par le sud de la Baltique avec, chez nous, des vents qui viennent en prédominance de l’est.
Le ciel est désormais serein partout et, après une nuit froide avec des gelées nocturnes répandues (plus particulièrement sur ligne médiane sur le centre du pays), les températures sont plutôt douces en journée avec cependant des différences liées à l’inversion se résorbant plus ou moins. Le plus souvent, les maxima se situent autour de 9°C, avec cependant quelques îlots froids locaux sur l’ouest du pays (7°C) et avec des températures élevées dans la vallée de Meuse (12°C).

Le 18 novembre 2018, l'’anticyclone est à présent centré sur la Scandinavie.
Le temps reste beau (quelques cirrus et altocumulus) mais devient plus frais. Les minima, sur tout le pays, sont assez proches de 0°C tandis que les maxima se situent le plus souvent entre 7 et 9°C en plaine et entre 6 et 7°C sur les hauteurs. Quant aux vents, ils soufflent d’est à nord-est. Par endroits, les altocumulus ont donné lieu à un coucher de soleil flamboyant. 

Les lacs de l'Eau D'Heure sous un soleil généreux, mais des températures
fraîches ce 18 novembre 2018.
Photo : Roger David.
 

Le 19 novembre 2018, l'anticyclone reste centré sur la Scandinavie tandis qu’une faible occlusion à caractère de front froid traverse le pays en fin de nuit. L’air qui suit cette occlusion est plus humide et encore un peu plus froid, avec un vent plus fort de nord-est qui accentue cette impression de froid.
Le ciel est très nuageux ou couvert avec des stratocumulus, parfois doublés de cumulus et parfois accompagnés d’un peu de pluie. En deuxième moitié de journée, on note quelques éclaircies. C’est au littoral que les éclaircies sont les meilleures.
En Haute Belgique, on note quelques chutes de neige. On observe un premier blanchiment très temporaire du sol des Hautes-Fagnes et des Cantons de l’Est en milieu de journée, et un blanchiment un peu plus important en fin de journée.
Les températures maximales ont atteint 8°C au littoral, 6 à 7°C en plaine et près de 2°C sur les hauteurs. À noter que les rafales sont de presque 80 km/h en soirée au littoral.

Le 20 novembre 2018, de faibles perturbations remontent du sud, mais la situation atmosphérique générale reste bloquée par des hautes pressions au nord, s’étendant de l’Islande à la Scandinavie.
Les températures maximales perdent encore quelques petits degrés pour se situer le plus souvent entre 4 et 5°C en plaine et entre 0 et 1°C sur les hauteurs. Le temps est couvert et monotone avec une nappe de stratocumulus persistant toute la journée. Parfois on note un peu de pluie, voire un peu de neige fondante en fin de journée. Sur le sud du pays, ces stratocumulus sont plus minces et se déchirent parfois en éclaircies. Au littoral au contraire, les stratocumulus épais se doublent par moment de cumulus. Surtout en début de journée, le vent est parfois encore fort. Il vient principalement de l’est.
Le matin, le sol est encore un peu blanc sur les Cantons de l’Est et sur les Hautes-Fagnes, neige qui persiste tant bien que mal en journée.

Le 21 novembre 2018, de l’air continental faiblement perturbé détermine le temps sur nos régions. Une zone anticyclonique se maintient sur la Scandinavie tandis qu’une occlusion (très affaiblie) fait du surplace sur nos régions. Une autre occlusion, située plus au nord, nous sépare de l’air un peu plus froid présent sur la Scandinavie.
Le temps est assez nuageux avec surtout des nuages de l’étage moyen : altostratus et altocumulus. On note aussi quelques éclaircies.
Au littoral, et de façon plus générale sur l’ouest du pays, le temps est plutôt beau avec des altocumulus plus disloqués, voire absents, et quelques cirrus.
Sous un vent de sud-est s’orientant au nord-est, le temps reste assez froid après une nuit de faibles gelées en de nombreux endroits. L’après-midi, les maxima ne dépassent guère 6°C en moyenne en plaine et 4°C sur les hauteurs ainsi qu’en Gaume. Le beau temps sur l’ouest permet ici et là des maxima un peu plus élevés, jusqu’à 8°C.
À noter une forte chute des températures le soir sous les éclaircies sur le nord de la France, températures qui remontent bien souvent par la suite. À Rouen par exemple, il gèle dès 19 heures avec –1,3°C à 20h et du brouillard givrant. Cet air froid déborde quelque peu vers la Belgique, avec seulement 1,0°C à Coxyde à 19h (après un maximum de 5,8°C).

 Stratocumulus dans le ciel de Diepenbeeck, le 21 novembre 2018.
Photo : Webcam IRM de Diepenbeeck.
 

Le 22 novembre 2018, quelques bulles d’air froid se retrouvent plus tard dans la nuit aussi sur l’ouest de la Belgique. C’est ainsi qu’à Melle (non loin de Gand), la température minimale descend jusqu’à –3,1°C (vers 7 h). À 9 h, le thermomètre n’y affiche encore que –2,9°C.
Ailleurs dans le pays, les gelées sont plus anecdotiques avec, par exemple, –0,9°C à Semmerzake (également non loin de Gand), –0,6°C à Uccle et –0,5°C à Beauvechain. Sur les hauteurs, la valeur la plus froide revient à Mont-Rigi avec –2,5°C.
En journée, le régime anticyclonique reprend ses pleins droits avec du beau temps après la dispersion des altocumulus résiduels matinaux. En fin de journée, d’autres altocumulus apparaissent par endroit. Dans le sud du pays mais aussi au littoral, on note aussi des brouillard / stratus en matinée et un temps tendant à rester plus brumeux en journée.
Avec le vent d’est, les maxima tendent à rester bas avec à nouveau un régime d’inversion qui s’installe petit à petit. Le plus souvent, les maxima atteignent 5 à 6°C en plaine. Quelques endroits restent plus frais encore, comme Essen avec 3,6°C.
Sur les hauteurs, les vents soufflent de sud-est à sud et les maxima sont à peine plus bas, avec 4 à 6°C (4,4°C à Saint-Hubert ; 4,9°C à Mont-Rigi et 6,1°C à Elsenborn). Quelques vallées, dont notamment celle de la Meuse, profitent bien de la situation, avec 7,8°C à Hastière et 9,2°C à Angleur !

Le 23 novembre 2018, des vents d’est à sud-est sous influence anticyclonique nous apportent à nouveau du beau temps. En matinée, on observe des bancs d’altocumulus et stratocumulus, puis le ciel devient serein avant l’apparition, en fin de journée, de quelques cirrus. Dans l’extrême sud du pays, le ciel est bleu dès la matinée, mais se voile l’après-midi.
L’air acheminé est doux avec vers 500 mètres d’altitude, une température s’élevant graduellement à 10-11°C. En surface, la situation est variable en fonction de la résorption ou non de l’inversion. Surtout l’ouest du pays connaît le maintien d’une faible inversion même en journée avec 9,0°C à Middelkerke ; 9,2°C à Passendaele ; 9,4°C à Beitem et à Coxyde.
Les plateaux du centre, centre-sud et centre-est du pays connaissent un temps un plus doux avec 10 à 12°C (10,1°C à Beauvechain ; 10,7°C à Gosselies ; 11,5°C à Uccle ; 12,4°C à Bierset). Les Hauts-Plateaux de l’est connaissent des températures presque similaires avec 10,1°C à Mont-Rigi et 10,6°C à Elsenborn.
La région la moins privilégiée est la Gaume avec 8 à 9°C, la plus privilégiée est la vallée de la Meuse avec jusqu’à 12,8°C à Hastière. En Campine, la situation est plus variable avec 12,1°C à Koersel mais seulement 8,8°C à Kleine Brogel.

Le 24 novembre 2018, des occlusions nous arrivant du sud nous apportent paradoxalement du temps plus froid. Il reneige dans les Hautes-Fagnes ainsi que sur le Plateau des Tailles, tandis que les Cantons de l’Est connaissent un petit blanchiment du sol aussi.
En altitude, la chute de la température est spectaculaire vers 1000 mètres d’altitude, avec des valeurs passant de 7°C à 1h à 0°C à 7h au-dessus d’Idar-Oberstein (sondage allemand qui est encore assez représentatif pour la Haute Belgique).
Dans les autres régions, le temps est particulièrement désagréable, pluvieux et froid avec, sur la moitié nord du pays, des vents qui continuent à souffler d’est à nord-est. Sur la moitié sud, les vents s’orientent au sud-ouest et les températures remontent dans un deuxième temps, ce qui entraîne par ailleurs la fonte de la neige tombée sur les Hauts Plateaux.
Les nuages : présence ou apparition rapide d’un nimbostratus pluvieux, avec tendance aux stratus au littoral. Sur le sud du pays : plafond se relevant l’après-midi avec stratocumulus (parfois à plusieurs niveaux) et parfois même quelques petites éclaircies.
Les températures maximales ne dépassent pas 4 à 5°C sur le nord et le nord-est du pays et, localement, sur le centre, sinon elles atteignent 6 à 7°C sauf sur les hauteurs (3 à 5°C).

Le 25 novembre 2018, les vents d’est à nord-est regagnent du terrain et finissent par affecter à nouveau la quasi-totalité du pays. Les barrages anticycloniques ne s’avouent pas encore vaincus.
Au nord des Pays-Bas, la température descend même localement très bas, avec un minimum de –5,6°C à Leeuwarden. En Belgique, le froid est moins marqué avec des minima le plus souvent compris entre 2 et 4°C en Basse et Moyenne Belgique et entre –1 et 2°C en Haute Belgique. Mais en journée, les températures ne remontent guère avec 4 à 5°C en plaine et des valeurs similaires sur les hauteurs. Quelques vallées montent jusqu’à 7°C.
Le temps est désagréable avec de la brume et des stratus persistant une bonne partie de la journée. L’après-midi, entre les stratus fractus, on entrevoit des stratocumulus.
En Ardenne, le brouillard / stratus se disperse l’après-midi (mais on ne voit encore dans les vallées) et l’on retrouve un ciel très nuageux à couvert avec altostratus et stratocumulus.

Le 26 novembre 2018, des hautes pressions s’étendant du Groenland à la Norvège en passant par l’Islande continuent à générer un flux de nord-est à est sur nos régions, avec des vents de surface qui, en raison du frottement, soufflent principalement de nord-est. Un front froid de basses couches, située vers midi sur le nord de l’Allemagne, constitue en fait la première vraie menace hivernale pour notre pays.
De l’air déjà fort froid pour la saison se trouve au nord du front, avec un centre de gravité sur le sud de la Suède. À Jönköping (latitude : 57°46’N ; altitude : 226 m), la température descend jusqu’à –11°C en début de matinée, ce qui peut être considéré comme froid pour la localité en novembre.
Ce front, toutefois, ne nous atteindra pas. Que du contraire. C’est un front chaud affaibli qui affecte notre temps, en envoyant de l’air tempéré en altitude et en donnant un peu de pluie et de bruine. Dans les basses couches par contre, le vent de nord-est nous envoie un air frais et particulièrement désagréable, même si cet air est bien moins froid que celui à l’arrière du front froid (de basses couches).
Il s’ensuit un ciel désespérément gris et monotone, avec des stratus tout au long de la journée. Ici et là, les précipitations sont suffisantes pour générer quelques fractus. Ici et là aussi, les ondulations dans le stratus sont suffisantes pour parler (presque) de stratocumulus. Seul le ciel ardennais présente un peu plus de variétés, avec une couche bien visible de stratocumulus (plus élevés) et la brume et les stratus restant dans les vallées. 
Les températures maximales, tout aussi uniformes, se situent autour de 6°C presque partout, sauf sur les hauteurs où ils se situent entre 3 et 5°C en fonction de l’altitude.

Le 27 novembre 2018, l’anticyclone se cantonne désormais à la Scandinavie tandis qu’une circulation perturbée de sud-ouest semble vouloir se mettre en place. Les vents de surface, soufflant principalement de sud-est, acheminent cependant encore de l’air continental frais dans les basses couches.
Le ciel, d’abord, est aussi monotone que la veille avec du stratus, mais ensuite le stratus se déchire (parfois que partiellement) avec quelques coins de ciel bleu avant l’arrivée de stratocumulus. Les maxima, en fonction des éclaircies, se situent entre 4 et 9°C en Basse et Moyenne Belgique (les plus hautes températures au sud-ouest) et entre 2 et 3°C sur les Hauts Plateaux.

Le 28 novembre 2018, début d'un retour vers la normale ? Pour la première fois depuis longtemps, les prévisions parlent du retour d’une circulation atlantique sur une plus longue période, avec des pluies fréquentes. La situation atmosphérique du jour est d’ailleurs très parlante, avec un anticyclone en train de « dégager » et un train de perturbations mettant le cap sur nos régions.
Et en effet : même en Suède, le froid se retire rapidement, après des températures encore fort basses le matin (comme par exemple à Jönköping avec –15,9°C).
En Belgique, la douceur revient en force, avec des maxima de 10 à 12°C sur une grande partie du pays, atteints en fin d’après-midi sur l’extrême ouest et sud-ouest du pays, en début de soirée dans la région gantoise et durant la nuit au centre et à l’est du pays.
Le temps, en journée, est pluvieux et, dans un premier temps, encore désagréablement frais sur la plupart des régions, sous un nimbostratus (parfois stratocumulus quand les pluies et bruines s’arrêtent un peu). Sur le nord-est du pays, aussi des altostratus opacus avec pluies intermittentes.
Les pluviomètres, en tout cas, reçoivent souvent quelques millimètres, avec par exemple 6,6 mm à Essen, 5,3 mm à Uccle et 5,2 mm à Stabroek.

Le 29 novembre 2018, une circulation de sud-ouest s’installe sur nos régions avec d’abord le passage d’un large secteur chaud. L’arrivée d’air chaud est massive avec, vers 600-700 mètres, des températures de 11 à 12°C. En surface, les températures sont similaires mais, par détente adiabatique liée à la turbulence, une couche d’air plus frais s’est formée juste sous l’inversion, avec là quelques 7 à 8°C. On observe d’ailleurs à cette altitude (quelques 400-500 m) un petit maximum de vent.
Le temps est d’abord gris et pluvieux avec altostratus / nimbostratus, puis le plafond s’élève avec altostratus / altocumulus, suivis d’éclaircies (altostratus s’effilochant et altocumulus se dispersant). Mais ces éclaircies sont temporaires.
Dans le sud du pays, le temps est moins gris avec altostratus, plus tard accompagnés d’altocumulus ayant une petite tendance floccus / castellanus, et altostratus s’amincissant en cirrostratus.
Les températures maximales : 11 à 12°C, localement 13°C en plaine, 7°C sur les hauteurs et 9 à 10°C en Gaume.
Les précipitations sont faibles, le plus souvent entre 0 et 2 mm, localement 3-4 mm sur l’ouest.

Le 30 novembre 2018, à l’arrière d’un front froid, le rafraîchissement est surtout perceptible en altitude, avec des températures au niveau 850 hPa (vers 1420 mètres) passant de 7 à 0°C.
En surface, les maxima sont presque similaires à ceux de la veille, avec le plus souvent 11 à 13°C en plaine, et 7 à 8°C sur les hauteurs. C’est ce qu’on nomme dans le jargon un front froid « masqué ».
Le temps : stratocumulus évoluant en cumulus, puis belles éclaircies avec ici et là encore quelques cumulus développés, se résorbant ensuite en humilis / fractus. Au littoral, à la fois de plus belles éclaircies mais aussi une tendance plus instable, avec régulièrement des averses en matinée. À Middelkerke, on relève 5,5 mm d’eau. Ailleurs, les précipitations sont faibles ou nulles.

Un enneigement provisoire dans nos Hautes-Fagnes, ce 24 novembre 2018,
sur le plateau des Tailles.
Photo : Vincent Devillers.
 

 

 Écart aux normales des températures et précipitations pour l'Europe occidentale.

 temperature novembre 2018 
Écart des températures moyennes mensuelles par rapport aux normales (en °C)

 precipitations novembre 2018 
Pourcentages des précipitations mensuelles par rapport à la normale (100)

Source : NOAA

Comparaison avec nos tendances saisonnières.

Nos dernières tendances pour ce mois de novembre se sont avérées être excellentes. En effet, le mois a commencé sur un mode doux, les perturbations ont bien eu du mal à atteindre nos contrées, si ce n'est, comme prévu en seconde décade (c'est du 9 au 12 novembre que la majorité des précipitations ont concerné la Belgique ce mois de novembre), avant une partie, plus sèche et plus froide, avec des brouillards parfois persistants et/ou givrants comme annoncé, et ce grosso modo du 17 au 27 novembre, avant une tendance à un temps plus doux et plus pluvieux, augurant d'ailleurs un début de mois décembre doux et perturbé comme annoncé.
Pour le mois, la température moyenne et la pluviométrie fut conforme aux anomalies annoncées, seule l'insolation aura été plus excédentaire de ce qu'on avait estimé il y a un mois, principalement pour une première décade bien ensoleillée.

Les Tendances saisonnières pour novembre 2018
(publiées le 31 octobre pour nos abonnés Premium)



novembre 2018

Indice confiance : 70%
Doux pour la saison en première partie, plus sec et plus frais en fin de mois.
Température
(écart à la normale)
Légèrement supérieure à la normale
Chart will load here
Précipitations
(% de la normale)
Légèrement inférieures à la normale
Chart will load here
Insolation
(% de la normale)
Conforme à la normale
Chart will load here
Résumé 1ère décade 2ème décade 3ème décade
Type de temps
Température

Proche de la  normale Si comme prévu le mois dernier, le mois de novembre devrait à nouveau commencer sur un mode assez doux pour la saison, les perturbations auraient finalement plus de mal - que la fin octobre aurait pu le montrer - à atteindre nos contrées. Certes, certaines y arriveront bien, surtout en seconde décade, mais on ne pourra pas encore parler de véritable rail dépressionnaire. 
Au menu on aura donc un temps doux et quelques pluies mais de belles périodes ensoleillées en première décade et un temps nettement plus maussade en seconde. Les températures seront souvent au dessus des normales saisonnières, surtout en première décade. La dernière partie du mois s'annonce plus froide, mais aussi plus sèche, avec des gelées pour tous au petit matin, et avec le retour du soleil après dissipation des brouillards matinaux, parfois givrants..

 

Newsflash

Prochains jours

Mardi 11°
Mercredi 13°
Jeudi 16°
Vendredi 18°
Samedi 14°

Relevé à 18:30

  • Ostende : 10°
  • Gand : 10°
  • Anvers : 11°
  • Bruxelles : 10°
  • Charleroi : 9°
  • Namur : 9°
  • Liège : 9°

Météo à la une

  • Modèle WRF

    Modèle WRF

    MeteoBelgique vous propose ses cartes du modèle WRF à maille fine.
  • Météogramme WRF

    Météogramme WRF

    Consulter nos propres météogrammes basés sur le modèle WRF pour n'importe quel code postal en Belgique !
  • Graphique d'ensoleillement

    Graphique d'ensoleillement

    Nos abonnés Premium peuvent maintenant consulter l'ensoleillement des dix derniers jours.

Observation temps réel

Webcam Opwijk

Opwijk à 18:41
Température : 10.2°C
Pression : 1029 hPa
Humidité : 70%
Précipitation (24h) : 0 mm
Vent : Sud-Ouest