• Se connecter

La position des centres de pression et des masses d'air (à 850 hPa)

12345678910111213141516171819202122232425262728293031
Agrandir l'image

12345678910111213141516171819202122232425262728293031
Agrandir l'image

Période Type de masse d'air Cause
du 1 au 10 Maritime polaire Anticyclone GB
du 11 au 16 Maritime Anticyclone Atlantique -> France -> Alpes
du 17 au 18 Maritime polaire Dépression Pays Baltes
du 19 au 22 Continental Complexe de basses pressions Islane <-> Ouest France
du 23 au 24 - Marais barométrique
du 25 au 31 Maritime, progressivement polaire Dépressions nord de Belgique

Bilan chiffré du mois



Quelques valeurs pour la station d'Uccle :

 

Température
en °C

Précipitations en litres / m² (jours)

Insolation
en heures

Valeurs

3.0

71.5 (21)

37.9

Normales 1981-2010*

3.3

76.1 (19.2)

58.6

Ecart

-0.3

-4.6 (1.8)

-20.7

Chart will load here
 

* Note importante concernant les moyennes : à partir de janvier 2010, nous utliserons les moyennes de la période 1981-2010 qui feront office de normales, afin de mieux coller à la réalité récente du réchauffement climatique global.

Le bilan complet se trouve ici : Relevés pour janvier 2019.
Retrouvez aussi nos graphes mensuels de nos stations du réseau MeteoBelgique sur le lien ici.

Commentaire

Ce mois de janvier 2019 a été caractérisé par des températures et des précipitations (quantités et fréquence) proches des normales. L'insolation fut anormalement déficitaire. (Station de référence : Uccle).

On retiendra de ce mois de janvier un début de mois très sombre et très doux sous influence anticyclonique avant de connaitre dans sa seconde moitié des conditions nettement plus froides, plus hivernales, avec de la neige jusqu'en plaine.  

Sautin, une matinée froide, le 18 janvier 2019.
Photo : Catherine Marique.
 

Le 1er janvier 2019, une crête d’altitude, située à l’ouest de nos régions et s’étendant du Maroc à l’Irlande en passant par l’Espagne et l’ouest de la France, détermine un régime de hautes pressions dans nos contrées. En surface, cette cellule anticyclone est prolongé par une autre cellule, d’origine thermique, s’étendant de l’Écosse et du nord de l’Irlande jusqu’à l’Islande. Un front froid sépare ces deux cellules et s’avance sur notre pays au sein d’une circulation de nord-ouest.

Le temps est gris et monotone, avec des stratus évoluant (mais pas partout) en stratocumulus doublés de cumulus (fractus). Quelques rares trouées dans la nappe de stratocumulus apparaissent l’après-midi. Au littoral, en raison des eaux plus chaudes, il y a peu ou pas de stratus, les stratocumulus sont visibles dès le matin.
De petites pluies et bruines sporadiques sont observées dans tout le pays. Le soir, en raison du passage du front froid, on observe aussi des averses, mais ne donnant que quelques petits (dixièmes de) millimètres d’eau, à l’exception de Mont-Rigi (6,8 mm). Les températures maximales : 8 à 9°C en plaine, 4 à 5°C sur les hauteurs. La Gaume, moins influencée par la mer, n’affiche que 5 à 6°C.

Le 2 janvier 2019, ce second anticyclone (thermique à l’origine), désormais sur l’ouest de l’Angleterre, détermine des courants de nord fortement influencés par ces hautes pressions.
Malgré cela, le temps demeure gris, avec des stratocumulus à un niveau certes plus élevé que la veille, et parfois des cumulus en dessous. Il fait donc un brin plus clair, mais les trouées restent rares. L’est du pays connaît des éclaircies un peu meilleures.
Jusqu’à 2000 mètres environ, l’air est quelque peu instable, mais au-dessus, on note une forte inversion de subsidence (températures remontant de 5 à 6°C avec l’altitude sur quelques 200 mètres). De ce fait, on observe à peu de choses près les mêmes températures aux niveaux 850 et 700 hPa (env. –7°C). En surface, les températures baissent un peu, avec des maxima de 6 à 7°C en plaine et de 0 à 1°C sur les hauteurs.

Le 3 janvier 2019, l’anticyclone, désormais positionné sur le centre de l’Angleterre, reste très puissant mais mal placé pour nous, avec un afflux continuel d’air maritime humide.
Les vents de surface, orientés au nord-ouest à l’intérieur des terres et au nord dans la région côtière, acheminent un air (parfois) encore un brin plus frais, avec des maxima de 5 à 7°C en plaine et de –1 à 1°C sur les hauteurs.
Le temps ressemble à celui de la veille, avec des stratocumulus à base assez élevée, parfois doublés de cumulus. Les éclaircies sont toutefois un peu plus larges et, en contrepartie, l’instabilité est un peu plus marquée aussi. Au littoral, le temps est assez beau avec des stratocumulus plus dispersés et des cumulus dont certains bourgeonnent quelque peu. On y note quelques averses, mais l’inversion de subsidence, toujours présente, empêche les grands développements. Ailleurs dans le pays, il s’agit plutôt de gouttes de pluie, sauf à Mont-Rigi, où les précipitations sont suffisantes pour donner une couverture neigeuse complète de quelques 2 cm. À Wirtzfeld, il neige aussi, mais très peu, avec une très fine couche incomplète au sol. Wideûmont, par contre, ne reçoit rien de cette neige.

Le 4 janvier 2019, l’anticyclone ne faiblit pas et ne bouge pas, avec persistance chez nous d’un flux en moyenne orienté au nord-ouest, avec des restants de perturbation qui continuent à affecter notre météo.
De ce fait, le temps reste gris, avec des stratus / stratocumulus et de rares éclaircies, laissant entrevoir un voile d’altitude. Parfois des cumulus (fractus) doublent les stratocumulus. Surtout le matin et le soir, on observe aussi de petites pluies ou (le soir) bruines. Les températures maximales atteignent 4 à 5 °C en plaine et près de 0°C sur les hauteurs. Le tapis neigeux des Hautes-Fagnes persiste donc. 

Le 5 janvier 2019, peu de changement. L’anticyclone, toujours à l’ouest de nos régions, maintient sur celles-ci un afflux d’air humide nous venant du nord-ouest.
Le temps reste donc gris, avec cette fois essentiellement des stratus, parfois fractus (maigres éclaircies). Parfois aussi, ces stratus évoluent en vagues stratocumulus. Seul le littoral connaît de véritables stratocumulus. Là, il y a peu ou pas de précipitations, sinon on note un peu partout des bruines et de petites pluies intermittentes.
Les températures remontent très légèrement, avec 6 à 7°C, localement 8°C en plaine et 2 à 3°C sur les hauteurs. À Mont-Rigi, la neige augmente un peu, grâce aux précipitations, avec quelques 3 cm le matin. Mais ensuite, le dégel intervient et en après-midi, la neige fondante ne recouvre plus entièrement le sol.

Le 6 janvier 2019, on prend les mêmes et on recommence. La monotonie persiste donc. Sauf que ce sont à nouveau les stratocumulus qui prédominent par rapport aux stratus.
À nouveau, on observe de petites pluies et bruines, plus marquées à l’est qu’à l’ouest du pays. Les températures maximales bougent peu : 5 à 6°C en plaine (7 à 8°C au littoral) et 1 à 2°C sur les hauteurs. Les traces de neige qui restaient sur le sol de Mont-Rigi disparaissent l’après-midi.

Le 7 janvier 2019, le noyau anticyclonique se trouve désormais au large du Golfe de Gascogne, avec un flux général qui bascule vers l’ouest. Une perturbation avec un secteur chaud bien marqué aborde notre pays, dont le front chaud s’avance très lentement (une demi-journée pour se déplacer du littoral à la Gaume), tandis que le front froid à l’arrière, plus rapide, traverse nos régions la nuit qui suit.
Cet air assez doux qui se refroidit par le bas nous vaut un temps plus monotone encore, avec des stratus persistant toute la journée. Souvent à partir de 200-300 mètres d’altitude déjà, on reste plongé dans le brouillard une bonne partie de la journée. Il n’y a qu’au littoral que le stratus se dissipe, pour laisser apparaître des stratocumulus situés plus haut, mais à peine moins gris. Le littoral est aussi épargné par les petites bruines qui tombent un peu partout sur le reste du pays.
Les températures maximales du jour, en hausse, atteignent 8 à 9°C en plaine et quelques 3°C sur les hauteurs. La nuit suivante, les températures montent encore un peu pour atteindre 5°C sur les hauteurs et jusqu’à localement 10°C en plaine sur l’ouest et le nord du pays. La bruine neigeuse redonne un peu de blancheur au sol de Mont-Rigi le matin, mais cette fine pellicule de neige redisparaît dès la matinée.

Le 8 janvier 2019, après le passage du front froid, notre pays est à nouveau soumis à un flux de nord-ouest mais, cette fois-ci, sous un régime bien plus dépressionnaire, avec des basses pressions se déplaçant du Danemark à la Pologne. Ceci nous ramène de l’air à nouveau plus instable, ce qui nous vaut par la même occasion un ciel un peu plus lumineux, avec des éclaircies et un mix de cumulus et stratocumulus, parmi lesquels se développent aussi quelques modestes cumulonimbus accompagnés d’averses.
Au littoral, les éclaircies sont plus larges, avec des cumulus et, en matinée, encore quelques cumulonimbus avec averses. L’après-midi, il ne reste plus que des cumulus fractus sous un voile temporaire de cirrus et quelques bancs d’altocumulus. Mais en soirée, des averses s’y manifestent à nouveau.
Le vent s’oriente au nord-ouest, mais il ne parvient pas à faire vraiment froid, avec même 8 à 9°C au littoral, le plus souvent autour de 8°C en plaine et 2 à 3°C sur les hauteurs. Ce vent souffle même fort au littoral (et parfois aussi à l’intérieur des terres), avec des rafales jusqu’à 80 km/h.
L’enneigement a disparu à Mont-Rigi, mais une averse en début d’après-midi redonne très temporairement un peu de blancheur au sol fagnard.
Pendant que l’hiver garde des allures bien modestes chez nous, la Bavière et d’autres régions alpines croulent sous la neige. 

Le 9 janvier 2019, le flux général bascule vers le nord et redevient graduellement plus anticyclonique avec des hautes pressions dont le noyau principal se situe au large de l’Irlande et le noyau (thermique) secondaire, sur le sud de la Norvège. En altitude, le patron atmosphérique a peu évolué depuis le début de l’année, avec un blocage oméga dont la crête se trouve à l’ouest de nos régions. En ce 9 janvier, la crête se positionne au large de l’Irlande, au-dessus de l’anticyclone en surface, tandis qu’un creux, avec cut-off-low, se situe sur l’ouest de l’Atlantique et l’autre, principalement sur les Balkans.
Le temps en ce 9 janvier est pas trop mauvais dans l’ensemble, avec en matinée encore de nombreux cumulus / stratocumulus et quelques petites averses, puis l’après-midi des éclaircies avec des cumulus nombreux mais (le plus souvent) modestes, et au-dessus des cirrus. Le temps est le plus beau au littoral, et le moins beau en Ardenne.
Les températures maximales : 6 à 7°C en plaine et de 0 à 1°C sur les hauteurs. Une fine couche de neige recouvre à nouveau le sol fagnard, qui augmente un petit peu durant l’après-midi. Un enneigement minime est également observé à Wirtzfeld.

Le 10 janvier 2019, la situation reste assez anticyclonique. Une masse d’air doux, précédée d’un faible front chaud, s’approche de notre pays à partir du nord-ouest après avoir contourné l’anticyclone, mais la progression du front est lente et celui-ci n’atteindra le littoral que durant la nuit du 10 au 11. Malgré cela, les nuages de ce front – altostratus auquel se mêlent quelques altocumulus – sont bien présents toute la journée. En dessous, on note quelques cumulus et, sur l’est du pays, aussi pas mal de stratocumulus. Des stratocumulus sont présents aussi au littoral, où il pleut déjà l’après-midi. Ailleurs, les précipitations n’arrivent que le soir ou la nuit. Les températures maximales : 3°C (est) à 6°C (ouest) en plaine, –2°C sur les hauteurs, 1°C en Gaume. À partir de quelques 150-200 mètres d’altitude, les précipitations du soir tombent sous forme de neige fondante.

En cette première décade de janvier, la moyenne des maxima est restée proches des normes, mais les minima ont été trop doux. Certaines stations n’ont pas connu la moindre gelée, comme par exemple Uccle, dont la valeur la plus basse au cours des 10 jours écoulés a été de 1,8°C.

Le 11 janvier 2019, le front chaud ne progresse que très lentement et reste traîner, en soirée, sur le sud de notre pays. Le flux est orienté au nord-ouest, commandé par les hautes pressions océaniques. À sept heures du matin, l’air doux du secteur chaud concerne une large bande côtière avec déjà 7,6°C à Coxyde ; 7,5°C à Middelkerke et 7,4°C à Zeebrugge. À 13 heures, cet air dépasse Bruxelles avec des températures de 7 à 9°C sur toute la moitié nord-ouest du pays. À 19 heures, l’air doux concerne la quasi-totalité du pays, à l’exception de la Gaume où il continue à faire froid. Avant l’arrivée de cet air doux, les conditions sont parfois quelque peu hivernales. À Mont-Rigi, on observe une couverture neigeuse complète d’un bon 2 cm, neige qui se maintiendra toute journée. Des traces de neiges sont également observées, par exemple, à Wideûmont, à Bièvre et à Aubange.
Le temps est à nouveau gris, avec d’abord du stratus et de la bruine, puis une évolution vers des stratocumulus et des fractus (avec un peu de pluie), et quelques éclaircies avec altocumulus. Sur le sud du pays, qui reste dans le froid, le stratus persiste toute la journée, avec parfois du brouillard. Au littoral, les altocumulus sont visibles dès le matin, mais en alternance avec des stratocumulus et cumulus, avec un peu de pluie. Les températures maximales, en fin de compte, atteignent 7 à 9°C en plaine et 2 à 3°C sur les hauteurs.

Le 12 janvier 2019, le flux, désormais d’ouest-nord-ouest, devient plus perturbé.
Le temps est gris avec un altostratus qui, plus tard, se double de fractus sous les précipitations et évolue en nimbostratus. Au littoral, et parfois aussi ailleurs, on observe aussi des stratocumulus sous l’altostratus. Le temps est doux, même s’il est un peu moins doux que par flux d’ouest ou de sud-ouest, avec des maxima de 8 à 9°C en plaine et de quelques 4°C sur les hauteurs. La neige a disparu des Hautes-Fagnes, où l’on enregistre de fortes précipitations pluvieuses. On y recueillera au total 28,1 mm.

Le 13 janvier 2019, nous sommes toujours du côté doux, mais un front froid traverse le pays en soirée.
Les températures restent donc élevées pour la saison, avec un temps souvent venteux et pluvieux sous un nimbostratus, et des stratocumulus pendant les moments où il ne pleut pas. Seul le littoral connaît un temps un peu moins mauvais avec un ciel couvert d’altostratus / altocumulus plus tard doublé de fractus lors de précipitations qui sont, là, plus intermittentes qu’ailleurs. L’est du pays, par contre, connaît quelques fortes cotes, comme par exemple Mont-Rigi avec 37,2 mm et Gouvy avec 20,0 mm.
Les températures sont les plus douces de ce mois de janvier, avec 9 à 11°C en plaine (11,0°C à Kruishoutem ; 10,7°C à Coxyde) et 5 à 7°C sur les hauteurs.
Il est à noter qu’en raison de la persistance du flux en moyenne orienté au nord-ouest, la station d’Uccle ne totalise que 2 heures et 13 minutes de soleil sur les 13 premiers jours de l’année, ce qui est vraiment très peu.

Le 14 janvier 2019, une nouvelle perturbation, sous la forme d’un front occlus cette fois-ci, détermine d’abord le temps de notre pays, puis est suivi d’une amélioration. Il refait un peu plus frais. Le ciel est très nuageux avec un mix de cumulus et de stratocumulus auquel se mêlent des nuages d’instabilité avec averses. Plus tard, des éclaircies plus franches se développent, avec encore des cumulus et des stratocumulus, et parfois des cumulonimbus visibles au loin.
Les températures maximales : 7 à 8°C en plaine, 2 à 3°C sur les hauteurs.

Le 15 janvier 2019, on assiste à une petite poussée anticyclonique liée à des hautes pressions sur la France et l’Espagne.
Le temps est nuageux avec des éclaircies, stratocumulus le matin, suivis de quelques embellies où le ciel reste un peu voilé avec cirrus et altocumulus, puis voile s’épaississant et retour des stratocumulus (à base assez élevée). Dans le sud du pays, altostratus persistant au-dessus des stratocumulus. Températures maximales fort similaires à la veille : 7 à 8°C en plaine et 2 à 3°C sur les hauteurs.

Le 16 janvier 2019, le flux est faiblement perturbé d’ouest-sud-ouest.
Temps à nouveau assez monotone, avec stratocumulus. Dans les interstices et les quelques éclaircies plus larges, un voile d’altitude apparaît, avec cirrostratus et altocumulus. De façon générale, les stratocumulus sont moins nombreux au sud du pays. Le soir (et la nuit sur l’est et le sud du pays), le temps devient pluvieux. Les températures maximales atteignent 6 à 7°C en plaine et 1 à 3°C sur les hauteurs. 

Le 17 janvier 2019, après le passage d’un front froid durant la nuit, le flux redevient nord-ouest avec plusieurs lignes post-frontales.
Le temps est donc instable avec des averses. En matinée, le ciel est encore fort nuageux avec des cumulonimbus enclavés dans une masse de stratocumulus et de cumulus fractus (averses tendant à fusionner en vastes zones à précipitations). Ensuite des éclaircies se développent, avec les nuages convectifs se détachant clairement dans un ciel bleu. À partir de là, certaines averses donnent de la grêle. Dans le sud du pays, les éclaircies restent rares même l’après-midi.
Sur les hauteurs, les averses sont de neige. Le sol des Hautes-Fagnes blanchit dès la fin de matinée, avec quelques 3-4 cm l’après-midi. Le Plateau ardennais blanchit l’après-midi, mais avec des quantités de neige fort limitées. La nuit, les averses sont de neige fondante même en plaine.
Les températures maximales : 4 à 6°C (localement 7°C) en plaine, 1 à 2°C sur les hauteurs. Ces maxima sont souvent atteints en début de journée, avec une perte de 1 à 2°C l’après-midi (et davantage sous les averses).

Le 18 janvier 2019, on est sous influence anticyclonique avec un noyau de hautes pressions se déplaçant rapidement de la France à la Tchéquie en passant par le sud de l’Allemagne.
Les chutes de neige de la veille au soir et de la nuit ont laissé de la neige au sol en pas mal d’endroits en Belgique. Dans les Hautes-Fagnes, la couche atteint quelques 7 cm. Le Plateau Ardennais ne connaît par contre qu’une fine couche. Une fine couche est d’ailleurs présente presque partout à partir de 200 m d’altitude (parfois jusqu’à 2 cm, comme par exemple à Florennes). En plaine par contre, les enneigements sont très locaux (comme par exemple à Genk).
Avec l’influence anticyclonique et une rotation du vent vers le sud-est, le temps se stabilise mais reste encore temporairement nuageux, avec cirrostratus / altostratus s’effilochant en cirrus et quelques discrets cumulus (fractus). Parfois, on observe aussi du stratus, voire du brouillard en matinée. En Ardenne, des cumulus un peu plus développés sont présents une bonne partie de la journée. En Gaume par contre, il fait déjà beau avec juste des cirrus et quelques cumulus. Enfin au littoral, le ciel est voilé de cirrus et cirrostratus avec, au-dessus de la mer, des cumulus isolés mais se développant assez bien (dès le matin), et visibles de loin.
Les températures maximales sont très variables d’un endroit à l’autre. En plaine, elles atteignent encore localement 5 voire 6°C, mais restent proches de 0°C là où le brouillard / stratus a du mal à se dissiper. Kleine Brogel et Retie connaissent un jour d’hiver avec, respectivement, –0,3°C et –0,1°C comme maximum. Sur les Hauts Plateaux, les valeurs sont plus homogènes, de –1 à 1°C.

Le 19 janvier 2019, le flux de sud-est commandé par des hautes pressions continentales.
Le temps est beau et froid avec des cirrus et, parfois, quelques altocumulus. Les minima se situe généralement entre –2 et –5°C en plaine et entre –5 et –6°C sur les Hauts Plateaux. Les vallées et cuvettes peuvent être plus froides, comme par exemple à Elsenborn (–8,7°C). Les maxima sont positifs en plaine, le plus souvent compris entre 2 et 4°C. Sur les hauteurs, les gelées sont permanentes, avec –1 à –2°C.

Le 20 janvier 2019, les courants continentaux persistent avec un nouveau noyau se développant sur le nord de l’Allemagne.
Le temps reste beau et froid, avec un vent soufflant désormais d’est-nord-est, sauf dans les Hautes-Fagnes où il reste orienté au sud-est. Le ciel est parfaitement serein, sauf sur le sud du pays où on note quelques rares cirrus et, en Gaume, encore temporairement des bancs d’altocumulus / stratocumulus.
Les températures minimales se situent le plus souvent entre –4 et –7°C en plaine et entre –7 et –9°C sur les hauteurs. Dans les vallées et les creux, il fait parfois beaucoup plus froid ! Elsenborn note –15,5°C à 8 h (minimum arrêté à 7h = –15,4°C). Les températures maximales se situent entre 1 et 3°C en plaine et entre –1 et –2°C sur les hauteurs. En Moyenne Belgique, la température ne dépasse pratiquement pas 0°C du côté de Gembloux, Chastre, Villers-la-Ville, Incourt, … 

Au cours de cette deuxième décade de janvier, la période grise, pluvieuse et assez douce est compensée par une période ensoleillée, sèche et assez froide, ce qui fait que les valeurs d’Uccle sont très proches des normes saisonnières.

La lune se couche en cette matinée du 21 janvier 2019 à Héron, après nous avoir gratifié
d'un beau spectacle grâce à un ciel particulièrement dégagé sur la Belgique
et une Lune haute dans le ciel : une magnifique éclipse totale de Lune ! 
Photo : Jean-Louis Rondia.
 

Le 21 janvier 2019, on a un anticyclone faible mais étendu sur l’Europe occidentale et centrale.
Le temps reste très beau, avec quelques cirrus et quelques stratocumulus très isolés au littoral. Au sud du pays, le ciel est même tout à fait serein. Le vent, quant à lui, tend tout doucement à s’orienter au secteur sud-ouest à sud. Cela n’a pas (encore) de conséquences sur notre météo.
La nuit a été, en général, encore plus froide que la précédente, avec des valeurs de –6 à –9°C en plaine et de –9°C à –10°C sur les hauteurs. Gouvy descend en dessous de –10°C avec –10,3°C tandis que la cuvette d’Elsenborn replonge nettement en dessous de –10°C, avec –15,6°C comme minimum relevé de 7 h (et même –15,8°C à 8 h). On retiendra en plaine les –9,1°C de Koersel, les –9,0°C de Genk et les –8,6°C de Kleine Brogel. En Gaume, Buzenol est descendu à –9,4°C et Aubange, à –8,6°C. Dans la vallée de la Meuse, il a fait froid aussi avec –8,0°C à Hastière. En journée par contre, il fait (parfois) un brin plus doux que la veille, avec 3 à 4°C en plaine et 0 à 3°C sur les hauteurs. On notera un gros écart de température pour Elsenborn, qui passe de –15,8°C à 8 h à 3,4°C l’après-midi.

Le 22 janvier 2019, une occlusion aborde l’ouest de notre pays en matinée et le traverse lentement, pour se retrouver sur l’est et le sud en soirée. Il s’ensuit des chutes de neige plus ou moins importantes selon les régions. Le littoral est enneigé dès le matin, une fine couche de neige sèche. La neige arrive dans les plaines flamandes en cours de matinée et à Bruxelles, en milieu de journée pour y atteindre quelques 4 cm en fin d’après-midi. La Haute-Belgique ne recevra de la neige qu’en cours d’après-midi.
D’autres régions, par contre, reçoivent très peu de neige, comme par exemple Humain.
Le temps au littoral est gris-blanchâtre en matinée sous la neige, puis simplement gris (stratus) avant l’arrivée d’éclaircies durant l’après-midi (ciel bleu mais brumeux, avec encore quelques stratus fractus). Ailleurs dans le pays, c’est plutôt le matin qu’on retrouve des éclaircies, avec parfois un voile d’altitude rougeoyant à l’aube. Ensuite le ciel se couvre progressivement avec évolution vers un nimbostratus neigeux. Sur l’est du pays, on observe des cirrus spissatus rougeoyants le matin, puis des cirrus et altocumulus en matinée avant que le ciel ne se couvre l’après-midi. Mais parfois, de la brume et des stratus masquent ces éclaircies matinales, notamment au sud-est du pays.
La nuit a été encore fort froide à Elsenborn, avec –13,6°C. À Mont-Rigi, le minimum a été de –7,5°C. À 8 heures cependant, les températures se sont égalisée, avec une remontée pour Elsenborn (–8,2°C), mais une baisse supplémentaire pour Mont-Rigi (–8,9°C). En plaine, les minima se sont situés entre –2 et –6°C en fonction de la nébulosité.
En journée, les températures restent négatives presque partout, avec –2 à –3°C en Gaume, –5°C sur les hauteurs et 0 à –1°C sur le centre du pays. À l’ouest, les maxima sont légèrement positifs avec 1 à localement 3°C, mais ça n’a pas de conséquences sur la neige.

Bruges sous la neige et ses canaux qui commencent à geler ne sont pas
des phénomènes si fréquents pour la Venise du Nord. 
C'est pourtant à quoi on a assisté ce 22 janvier 2019.
Photo : X. 

Le 23 janvier 2019, une petite dépression se forme sur le nord de la France et fait revenir l’air continental sur notre pays. La perturbation qui lui est associée donne de nouvelles chutes de neige en fin de nuit. L’occlusion qui avait traversé le pays la veille revient sur ses pas aussi sous la poussée des hautes pressions sur le continent, mais celle-ci est désormais très affaiblie.
Notamment l’ouest du pays a localement connu de très fortes chutes de neige, principalement aux petites heures du matin. À Passendaele (non loin d’Ypres), la couche atteint 11 cm. Plus touchée encore : la région autour de Bruges, avec 14 cm à Lissewege (à quelques 3 kilomètres de la mer), 13 cm à Assebroek (tout juste à l’est de Bruges) et 13 cm à Lichtervelde (à une vingtaine de kilomètres au sud-sud-ouest de Bruges, non loin de Torhout).
D’un autre côté, on a également observé 13 cm de neige à Lille, ce qui laisse supposer que le Hainaut occidental a été fort enneigé aussi. Ailleurs, on mesure 6 cm à Uccle, 5 cm à Gosselies et 4 cm à Koersel. À Middelkerke, Coxyde et Kruishoutem, pourtant pas très loin des régions à fortes chutes de neige, on ne mesure que 3 cm, voire 2 cm (Coxyde).
En Haute Belgique, il a fallu se contenter de 8 cm à Mont-Rigi et de 7 cm à Bièvre. Certaines régions n’ont pas plus reçu de la seconde zone neigeuse que de la première, comme par exemple Humain, qui n’a toujours que des traces de neige, et Beausaint qui n’a qu’une fine couche, qui disparaît en grande partie l‘après-midi.
Le temps reste très nuageux à couvert toute la journée, avec des stratus et des stratocumulus présentant de rares trouées, mais aussi partiellement un voile d’altitude réduisant également les éclaircies. En Gaume, le stratus persiste même toute la journée.
C’est encore au littoral que les éclaircies sont les meilleures, avec les stratocumulus se déchirant en milieu de journée, laissant voir entre quelques fractus résiduels un ciel bleu garni d’altocumulus et de cirrocumulus, et de quelques cirrus avant que les stratocumulus ne reviennent en cours d’après-midi.
Le froid permet à la neige de tenir, avec des températures maximales proches de 0°C en plaine et de quelques –3°C sur les hauteurs. Sur l’ouest du pays, il fait localement un peu plus doux, avec 2,2°C à Zeebruges, 2,0°C à Coxyde, 1,9°C à Middelkerke et 1,8°C à Kruishoutem.

Le 24 janvier 2019, la situation est quelque peu confuse, avec de l’air froid et humide qui se met à stagner sur nos régions.
La neige est toujours là, même si elle s’est quelque peu tassée. À Passendaele par exemple, la couche n’atteint plus « que » 9 cm.
Le ciel est gris, souvent couvert de stratus qui se dissipent ensuite pour laisser apparaître des stratocumulus, avec quelques maigres éclaircies. La Gaume, une nouvelle fois, conserve son stratus toute la journée.
Le littoral a les meilleures cartes, avec absence de stratus et même une légère convection de cumulus au-dessus de la mer. Sinon, en dehors de quelques éclaircies, on y observe pas mal de stratocumulus.
Les températures maximales, en plaine, atteignent 2 à 3°C sur l’ouest et 0 à –1°C sur l’est. Sur les hauteurs, les maxima restent bas, avec –4 à –6°C.

Le centre de Bruxelles sous la neige, le 23 janvier 2019.
Photo : Delphine Laroche.
  

Le 25 janvier 2019, une nouvelle perturbation, à secteur chaud très ouvert, nous ramène très progressivement de l’air plus doux.
Mais d’abord, le littoral vit son quatrième jour consécutif avec couverture neigeuse complète, ce qui n’arrive pas souvent. La fonte de la neige interviendra généralement en après-midi ou en soirée, sauf en Ardenne et en Gaume où elle tiendra bon (là où il y en a).
Le ciel reste très gris avec des stratus toute la journée. Là où le stratus se dissipe, c’est pour faire apparaître un altostratus tout aussi gris. Accessoirement, on observe aussi des stratocumulus. Au littoral, on observe du brouillard en matinée et une forte brume qui persiste l’après-midi.
À l’exception du littoral, déjà envahi par l’air doux, les maxima du relevé de 19 heures sont encore relativement bas, de l’ordre de 2°C en plaine et de –2°C sur les hauteurs. Mais avec l’arrivée de la pluie et du vent, les températures augmenteront la nuit. Sur l’est du pays, les pluies sont parfois encore précédées de neige ou de pluies verglaçantes.
En milieu de nuit, on atteint 9 à 10°C sur l’ouest de la côte belge, 4 à 6°C dans les plaines flamandes, 4°C du côté de Liège et 0°C à Mont-Rigi.

Le 26 janvier 2018, nous nous trouvons dans un vaste secteur chaud, avec une circulation d’ouest qui, peu à peu, s’infléchit vers le sud-ouest.
Le temps est doux. Déjà à 8 heures du matin, il ne gèle plus nulle part en Belgique. Les températures oscillent entre 6 à 7°C en plaine et 2 à 3°C sur les hauteurs. En journée, l’ouest du pays est le mieux placé pour la douceur, avec 9°C en de nombreux endroits, voire un petit 10°C (Coxyde : 9,8°C ; Kruishoutem : 9,2°C ; Passendaele : 9,1°C). Eu centre du pays et sur les hauteurs, les températures ne bougent guère par rapport au matin, avec respectivement 7°C et 2 à 3°C.
Le type de temps s’en ressent aussi, avec au littoral une nappe de stratocumulus bien dessinés et une visibilité horizontale plutôt bonne. Par moment, on observe même quelques petites éclaircies. Au centre du pays par contre, le ciel est gris et presque uniforme en raison de stratus (parfois fractus), la visibilité est mauvaise et il tombe régulièrement de petites pluies ou bruines.
Dans le sud du pays, on assiste à un véritable brouillard de dégel au-dessus des restants de neige, brouillard qui ne se dissipe que lentement durant l’après-midi pour se transformer en stratus, puis stratocumulus flous. En Campine et en Ardenne, le stratus se transforme en stratocumulus et stratus/cumulus fractus avec de faibles précipitations, et parfois des déchirures qui révèlent l’altostratus qui est au-dessus.
La neige a entièrement fondu en Basse et Moyenne Belgique. Dans les Hautes-Fagnes, la couverture est encore intacte, mais l’épaisseur diminue rapidement. À Wirtzfeld, la neige devient fondante l’après-midi, avec couverture incomplète. À Witry, la couche encore presque intacte le matin couvre moins de la moitié du sol l’après-midi.

Le 27 janvier 2019, nous nous retrouvons à l’arrière du front froid, dans de l’air polaire maritime très indirect dans un premier temps. Des perturbations post-frontales forment ensuite les limites pour un air polaire de plus en plus direct.
Il n’est donc pas étonnant que les maxima aient été atteints encore la nuit à l’ouest du pays, le matin au centre et en début d’après-midi à l’est. Ces valeurs (nocturnes et matinales) sont de l’ordre de 8°C sur l’ouest et le centre du pays, tandis que les valeurs (diurnes) sur l’est se situent entre 2 et 7°C selon l’altitude. En milieu d’après-midi, les températures n’atteignent plus que 4 à 5°C en plaine et 0°C sur les hauteurs.
Le temps est mauvais, avec un nimbostratus pluvieux suivi, plus tard, par des averses avec cumulonimbus au sein d’un mix de cumulus et stratocumulus. Sur l’est et le sud, les averses n’arrivent qu’en soirée, précédées d’un nimbostratus persistant toute la journée. En Gaume, on aperçoit encore quelques brèves éclaircies matinales.
Au littoral, comme c’est souvent le cas, le ciel de traîne est plus beau, avec en fin d’après-midi des cumulus et cumulonimbus bien visibles dans les éclaircies et se détachant dans le ciel bleu.
Avec la baisse des températures, des flocons de neige apparaissent dès les 200 mètres d’altitude. À plus haute altitude, le Plateau ardennais et le Plateau des Tailles commencent à blanchir entre 16 et 17 heures. Dans les Hautes-Fagnes, la couche de neige précédente est encore occupée à fondre (neige couvrant d’abord plus, puis moins de la moitié du sol) lorsque de la nouvelle neige accroche le sol dès 15 heures. Une bonne heure plus tard, on mesure déjà quelques 2 cm avec un sol entièrement blanc.
Les totaux de précipitations sur 24 h sont parfois importants. En Basse et Moyenne Belgique, bien des lieux mesurent entre 15 et 20 mm de précipitations, voire plus. Autour des Hautes-Fagnes, on comptabilise 20 à 30 mm. Quelques chiffres : Mont-Rigi : 29,8 mm, Elsenborn : 22,0 mm, Essen : 21,9 mm, Sint-Katelijne-Waver : 20,0 mm... 

Cumulonimbus visible de très loin dans un air limpide à Zeebruges 28 janvier 2018.
Photo : Webcam IRM de Zeebruges.
 

Le 28 janvier 2019, c’est le grand retour de la neige. À 8 heures du matin, on mesure déjà 9 cm à Mont-Rigi, mais la couche y atteint 20 cm dès 11 heures, pour garder environ cette épaisseur jusqu’au soir. Mais des couches de neige plus épaisses encore nous sont signalées. Un observateur nous fait part d’une épaisseur de 29 cm à Xhoffraix tandis que 36 cm sont mesurés à la frontière belgo-allemande à l’est de Bullange (Weißer Stein en Allemagne, à quelques centaines de mètres seulement de la Belgique).
Sur le Plateau des Tailles, on signale 22 cm, tandis qu’il est fait état de 19 cm à Libramont.
À plus basse altitude, Dourbes (233 mètres) est tout blanc le matin, mais la neige fond en cours de journée. À altitude égale, Cerfontaine a des traces de neige le matin. Humain (296 mètres) a une petite couche qui tient tant bien que mal jusqu’à midi environ. En fin de journée, il ne reste que des traces. En plaine par contre, il ne fait pas assez froid pour un quelconque enneigement.
Le temps est instable avec cumulus et cumulonimbus (+ fractus) et éclaircies. Temporairement plus gris en matinée, sauf au littoral. Là, les nuages d’averse sont parfois visibles de très loin dans un ciel très limpide. 
Les averses sont accompagnées de manifestations orageuses en différents endroits du pays, principalement sur le centre et le centre-sud, mais de façon isolée aussi ailleurs. Dans le Namurois, un « orage de neige » nous a été communiqué.
Les températures maximales : 5 à 7°C en plaine (lors des éclaircies), 0 à –1°C sur les hauteurs.

Le 29 janvier 2019, on a une journée d’accalmie grâce à une faible influence anticyclonique.
Le temps est assez beau avec un petit voile de cirrus, quelques bancs de stratocumulus et quelques très modestes cumulus. En cours d’après-midi, les cirrus évoluent en cirrostratus, avec quelques altocumulus. Sur le sud du pays, il y a des restants de nuages convectifs en matinée, évoluant en stratocumulus et, plus tard, à nouveau partiellement en cumulus (mix stratocumulus / cumulus). Un léger voile d’altitude y est présent aussi. Au littoral, cirrus puis altocumulus puis stratocumulus.
Le vent, d’abord orienté au sud-ouest, s’oriente graduellement au sud-est dans le cadre du déplacement de la crête anticyclonique et de l’approche d’une petite dépression, située d’abord près de la pointe de la Bretagne, puis sur le centre de la France.
Les températures maximales : 4 à 5°C en plaine, autour de 2°C vers 250-300 mètres, autour de –2°C sur les Hauts-Plateaux.
La situation de la neige : la limite de l’enneigement au sol se situe vers les 250-300 mètres d’altitude. Parmi les données officielles à 8h, nous avons 25 cm à Mont-Rigi, 12 cm à Gouvy et 7 cm à Bièvre. Mais dans les Cantons de l’est, la couche est plus épaisse, s’approchant de 40 cm à la frontière allemande. Sauf aux altitudes limites, la couverture neigeuse se maintient pendant la journée.

Une nouvelle fois cet hiver, la côte belge est sous une couche de neige, ce 30 janvier 2019.
Photo : Marie-Noëlle Piette.
  

Le 30 janvier 2019, la petite dépression, la veille sur la France, est désormais centrée, le matin, non loin du Luxembourg. Les perturbations qui lui sont associées – deux occlusions – donnent des chutes de neige sur une grande partie du pays. Cependant, on note de grandes disparités d’un endroit à l’autre.

Sur le radar de précipitations, nous pouvons voir que le gros tombe sur la moitié sud du pays, mais que des lignes de précipitations plus intenses se rencontrent aussi sur l’ouest du pays. La première zone de précipitations (sud du pays) correspond à une occlusion enroulée autour du noyau de la dépression tandis que la seconde correspond à une autre occlusion qui sépare l’air polaire maritime d’un air plus continental.
Le tout se déplace vers le nord-est, mais nous constatons que le premier système ne parvient pas à remonter au-delà d’une ligne qui va grosso modo de Louvain à Maasmechelen en passant par Hasselt, tandis que le second système s’essouffle complètement avant d’arriver dans ces régions du nord-est qui n’ont déjà pas été touchées par le premier système. Il s’ensuit que de grandes parties du Limbourg, mais aussi certaines zones du nord du pays n’ont reçu aucune neige.
Sur les autres régions, il y a de la neige, mais en quantité très variable d’un endroit à l’autre. Toutes les régions situées en dessous de 250 mètres, où la neige des jours précédents avait disparu, sont un bon indicateur pour connaître la variabilité des précipitations neigeuses de ce jour.
Sur l’ouest du pays, la neige était déjà présente le matin avait une épaisseur de 10 cm à Passendaele et de 11 cm à Lille (FR), mais seulement 3 cm à Kruishoutem. Plus vers l’est, le maximum de neige est atteint plus tard en journée. À Gosselies, on observait 3 cm de neige le matin, puis 6 cm l’après-midi et encore 5 cm le soir (léger tassement). À Bierset, la neige arrive plus tard encore, avec 1 cm le matin et 8 cm le soir.
Si l’on prend en compte les mesures et témoignages de particuliers, les plus fortes chutes de neige donnent 10 à 12 cm.
La région bruxelloise par contre, ne reçoit que peu de neige, avec généralement 1 à 2 cm.
À l’ouest du pays, la neige fond vite car cette région se retrouve rapidement à l’arrière de la seconde occlusion, avec un dégel temporaire mais marqué en raison d’infiltrations maritimes avec un vent tournant au nord-ouest. Cette zone plus douce, lors de son extension maximale, arrive jusqu’à une ligne allant de Tournai à Anvers en passant par Alost. Là, seules les grosses couches résistent tant bien que mal, sinon la neige disparaît en cours de journée. À la côte, la fonte intervient plus rapidement à l’ouest (milieu de matinée) qu’à l’est (milieu d’après-midi).
Plus loin à l’intérieur des terres, le vent s’oriente aussi temporairement au nord-ouest, mais il ne parvient pas à chasser l’air froid des basses couches. Ajoutons à cela que l’air (très relativement) doux de la mer ne l’est aussi que dans les basses couches. En altitude, l’air est froid partout (au niveau 850 hPa vers 1250 m : –4°C à l’avant de la 2e occlusion, –7°C à l’arrière).
En Haute Belgique, la neige s’ajoute à celle déjà présente au sol. Le matin, on observe déjà 23 cm à Mont-Rigi et 17 cm à Bièvre, et ces couches augmenteront nettement en journée. En l’absence de données officielles en Haute Belgique en cours de journée (sauf pour Mont-Rigi, où la couche finira par atteindre 34 cm), reposons-nous sur les nombreuses mesures de particuliers. Dès 350 mètres d’altitude, nous avons déjà des valeurs de 20 cm (Chevron) alors qu’à 500 mètres, nous avons 27 cm (Ebly, près de Léglise). Bertrix (400 m) mesure 20 cm et Ster-Francorchamps (480 m), 33 cm. Le Plateau des Tailles (600 m et plus) est recouvert de 35 à 38 cm. Une hauteur similaire nous est rapportée des Cantons de l’Est, avec 36 cm à Weißer Stein, certes en Allemagne mais à quelques centaines de mètres seulement de la frontière belge (à l’est de Bullange).

En ce qui concerne la couleur du ciel, à l’ouest du pays, le ciel est d’abord gris-blanchâtre et neigeux/brumeux, mais dès la fin de la matinée, du relief apparaît dans le ciel dans l’air un peu plus instable de la mer, la visibilité devient bonne et on observe des stratocumulus doublés de cumulus pendant que les stratocumulus eux-mêmes deviennent instables (castellanus). L’après-midi, on observe des éclaircies sous un ciel de moins en moins voilé (cirrus) et des cumulus assez nombreux mais modestes. Plus à l’intérieur des terres, en raison du nombre réduit de cumulus maritimes, les éclaircies sont très belles l’après-midi.
Ailleurs, le ciel est couvert et neigeux une bonne partie de la journée, avec des éclaircies tout à la fin de journée (période de clarté) au centre du pays, avec des fractus s’évacuant et faisant brièvement place à un ciel bleu. Quelques petites éclaircies se développent aussi au sud du pays en fin de journée. Au nord-est du pays (où il ne neige pas), on observe de l’altostratus, parfois translucidus voire s’effilochant en éclaircies. Ce voile est parfois doublé de cumulus (fractus).
Les températures maximales : 4 à 5°C au littoral et sur l’extrême ouest du pays, 1 à 2°C sur le centre et l’est des plaines, –2 à –3°C sur les hauteurs et autour de 0°C en Gaume 

Le 31 janvier 2019, entre deux perturbations neigeuses, le temps sur nos régions est froid, souvent gris mais aussi avec quelques éclaircies, et généralement sans précipitations.
La couche de neige est très variable d’un endroit à l’autre, avec le plus souvent 1 à 5 cm en plaine. La Campine a fini par recevoir de la neige aussi, mais de façon irrégulière. Gorsem mesure 2 cm ; Koersel et Kleine Brogel, 1 cm. Diepenbeek, à quelques très faibles traces près, n’a toujours pas de neige.
En Haute Belgique, la mesure officielle (et publiée) la plus élevée est de 28 cm à Mont-Rigi. Selon les informations des pistes de ski, nous avons 30 cm au signal de Botrange (alt. : 694 m), 35 cm à Rocherath (alt. : 650 m) et même 40 cm à Weywerts, près de Butgenbach (alt. 595 m). Pour le Plateau Ardennais, nous avons 20 cm à Saint-Hubert et à Bastogne-Senonchamps (alt. des points de mesure : 540 et 550 m). De nombreuses valeurs de 20 cm reviennent aussi pour les altitudes entre 400 et 500 mètres, ce qui est par ailleurs corroboré par la station officielle de Bièvre (20 cm). En Gaume, nous avons 15 cm à Aubange.
Il fait froid aussi, avec des minima de –8,6°C à Elsenborn et à Mont-Rigi, –7,7°C à Gorsem, –7,6°C à Florennes et –7,0°C à Aubange. Parfois, la température continue à descendre (nettement) après le relevé du minimum à 7 heures. 
Ce temps froid en journée est principalement dû au brouillard qui tarde à se dissiper. Cette dissipation intervient le plus souvent en cours d’après-midi, avec stratus évoluant en stratus fractus et laissant apparaître des bancs de stratocumulus, puis des éclaircies mais avec un ciel déjà voilé à l’approche de la perturbation suivante. En Ardenne et en Gaume, le brouillard est moindre, mais les stratocumulus, fort présents. Là aussi, les éclaircies n’arrivent que l’après-midi, avec un ciel déjà voilé. En Campine par contre, le ciel est encore bien bleu lorsqu’arrivent les éclaircies.
L’extrême est du pays connaît du beau temps. À Wirtzfeld, la visibilité est bonne dès le matin, avec quelques stratocumulus se dispersant rapidement et faisant place à un beau ciel bleu, avec des cumulus et, temporairement, des bancs de stratus / stratocumulus. Dans les Hautes-Fagnes, on note de belles éclaircies aussi, mais un ciel plus nuageux l’après-midi. Sur le Plateau des Tailles, à Fraiture, on observe un ciel parfaitement serein et une bonne visibilité jusqu’en fin de matinée. Puis du brouillard et des stratus fractus débordent des cuvettes avant que ne reviennent le soleil et, plus tard, des bancs de stratocumulus. 
Le vent de sud tourne à l’est et achemine de l’air froid en provenance de régions bien enneigées. Les températures ne dépassent le zéro presque nulle part. En plaine, c’est tout juste en dessous, avec quelques stations qui arrivent à quelques dixièmes de degrés au-dessus, comme par exemple à Bierset (0,4°C), Chièvres (0,2°C) et Gosselies (0,2°C). Sur les hauteurs, il fait un peu plus froid encore, avec des maxima autour de –2°C.
En soirée, les températures descendent dans un premier temps, avec des valeurs à 20h de –1 à –3°C en plaine et de –4 à –7°C sur les hauteurs. Ensuite le vent augmente à l’approche de la deuxième perturbation neigeuse et les températures remontent un peu. La zone de neige aborde le pays en soirée et le traverse la nuit. À Chièvres, il commence à neiger en fin de soirée, à Bruxelles en milieu de nuit et à Kleine Brogel, vers 2 heures du matin.
De l’air plus doux est présent en altitude, au-dessus d’une inversion (de type frontale) vers 900 mètres d’altitude, avec une température de –1°C au niveau le plus chaud. Comme le zéro n’est pas dépassé, il neige et il n’y a pas de pluie verglaçante. Attention ! Ceci n’est pas une règle absolue. Il existe des cas de surfusion où il pleut même quand toute l’épaisseur de l’atmosphère est en dessous de zéro. Mais il faut alors des conditions très particulières et le cas est rare.
Selon les données officielles disponibles, les couches de neige atteignent le matin 1 à 9 cm en Basse et Moyenne Belgique (1 cm à Middelkerke et Angleur, 9 cm à Passendaele) et jusqu’à 25 cm à Mont-Rigi. Mais ça, ça appartient déjà à février !

Les Hautes Fagnes bien enneigées présentent de magnifiques paysages d’hiver sous le
soleil ce 31 janvier 2019, comme ici, dans les environs d'Ovifat.
Photo : Michaël Denruyter.
 

 Écart aux normales des températures et précipitations pour l'Europe occidentale.

 temperature janvier 2019 
Écart des températures moyennes mensuelles par rapport aux normales (en °C)

 precipitations janvier 2019 
Pourcentages des précipitations mensuelles par rapport à la normale (100)

Source : NOAA

Comparaison avec nos tendances saisonnières.

Comme prévu le réchauffement soudain de la stratosphère de la toute fin décembre évoquée le mois dernier a bien donné lieu à un éclatement du vortex polaire et sa scission en plusieurs morceaux. Le temps plus hivernal a fini donc par concerner la Belgique en seconde partie de ce mois de janvier 2019, tel que prévu, même s'il aura finalement du attendre le 17 janvier.
En première partie de janvier, nous avons, comme prévu, été soumis à une influence anticyclonique, et cet anticyclone fut mal placé pour nous, comme nous le craignions : cela s'est vérifié : les heures de soleil de la première décade de janvier se sont comptés sur les doigts d'une main : avec 2 heures et 13 minutes de soleil pour la première décade, il s'agit de la 3e valeur la plus faible depuis 1951 pour une première décade de janvier. Nuages bas, brouillards, fines pluies ou bruines en furent les acteurs, comme prévu. Cette tendance se prolongea en début de seconde décade, avant un refroidissement sensible et l'arrivée de la neige, en Ardenne et Hautes Fagnes d'abord, puis pour toutes nos régions en fin de seconde décade et en troisième, comme annoncé. Le froid perdurera jusqu'en fin de mois, et même au delà comme annoncé, de mêmes que les périodes de relatif redoux temporaire. Bref, difficile de faire mieux.

Les Tendances saisonnières pour janvier 2019
(publiées le 31 décembre pour nos abonnés Premium)



janvier 2019

Indice confiance : 65%
Temps couvert avec quelques bruines mais temps relativement doux dans un premier temps, ensuite l'hiver pourrait s'installer.
Température
(écart à la normale)
Légèrement inférieure à la normale
Chart will load here
Précipitations
(% de la normale)
Légèrement supérieures à la normale
Chart will load here
Insolation
(% de la normale)
Légèrement inférieure à la normale
Chart will load here
Résumé 1ère décade 2ème décade 3ème décade
Type de temps
Température

Proche de la  normale Changement significatif par rapport à notre dernière tendance, suite au réchauffement stratosphérique polaire de cette fin décembre 2018 mettant à mal le vortex polaire, tel que décrit dans notre préambule.
Les premiers jours seront encore fort gris, dans la continuité des derniers jours de décembre durant lesquels les minutes de soleil se comptent sur les doigts d'une main, dans le centre du pays tout au moins. Ce type de temps aux stratus bas et brumes ou brouillard sera donc majoritaire durant les premières journées de janvier.
C'est difficile à croire, mais nous sommes sous l'influence d'un puissant anticyclone mais mal placé pour nous. Si un anticyclone placé de la sorte au dessus de nos têtes en été nous donnait un temps estival, ce n'est pas du tout le cas en hiver, d'autant que nous sommes du côté humide : le temps gris, monotone, avec de temps à autre une faible bruine, sera la couleur du ciel dominante de ces premiers jours de janvier.
Cette tendance anticyclonique "mal placé" (et pas bien placé pour un temps froid et lumineux non plus) devrait nous concerner jusqu'en cours de seconde décade avant un changement de synoptique. En effet, une descente de masses d'air polaire pourrait nous concerner durant cette seconde décade nous apportant froid et neige. Le froid pourrait d'ailleurs bien perdurer jusqu'en fin de mois, et peut-être même au delà, même si des périodes de redoux temporaire sont à envisager, du moins en basse et moyenne Belgique..

 

Newsflash

  • Résumé avril 2019

    Résumé avril 2019

    Avril 2019 : températures anormalement excédentaires, insolation et précipitations proches des normales (en quantité mais anormalement déficitaires en fréquence).
  • Tendances saisonnières du 30 avril

    Tendances saisonnières du 30 avril

    PREMIUM : les tendances saisonnières pour les trois prochains mois. L'été sera-t-il précoce cette année ?
  • La neige en Belgique en mai

    La neige en Belgique en mai

    Voici, date par date, les événements neigeux les plus intéressants du mois de mai.

Prochains jours

Dimanche 21°
Lundi 12° 18°
Mardi 10° 16°
Mercredi 17°
Jeudi 17°

Relevé à 22:00

  • Ostende : 16°
  • Gand : 16°
  • Anvers : 18°
  • Bruxelles : 15°
  • Charleroi : 14°
  • Namur : 13°
  • Liège : 15°

Météo à la une

  • Modèle WRF

    Modèle WRF

    MeteoBelgique vous propose ses cartes du modèle WRF à maille fine.
  • Météogramme WRF

    Météogramme WRF

    Consulter nos propres météogrammes basés sur le modèle WRF pour n'importe quel code postal en Belgique !
  • Graphique d'ensoleillement

    Graphique d'ensoleillement

    Nos abonnés Premium peuvent maintenant consulter l'ensoleillement des dix derniers jours.

Observation temps réel

Webcam Virton

Virton à 22:00
Température : 12.8°C
Pression : 1019 hPa
Humidité : 88%
Précipitation (24h) : 0 mm
Vent : Ouest (très faible)