• Se connecter

 


La dépression Yvette, le lundi 16 août, à midi.


Analyse de la situation atmosphérique générale : c'est la faute à Yvette...

Nous avons connu ces derniers jours un temps particulièrement pluvieux, indigne d'une mi-août. L'origine et la cause de ce temps maussade c'est Yvette. Yvette, c'est le nom que les météorologistes allemands ont donné à une dépression, à l'origine des pluies diluviennes sur notre pays, dépression qui fût particulièrement active.

Pour bien comprendre ce qu'il s'est passé, il faut retourner quelques jours en arrière : une goutte froide (voir ci-dessous) d'altitude, s'est isolée et a créé la dépression dont on a subit les conséquences ces derniers jours.

La circulation atmosphérique était propice pour sa formation : un creux barométrique d'altitude ayant une forte composante nord-sud s'était d'abord formé, l'air froid a été entraîné vers les régions méridionales et a fini par donner naissance à cette dépression fermée à tous les niveaux, en marge de la circulation générale, et surmontée d'un dôme d'air froid.
En fait, il s'agit d'une zone de temps particulièrement instable dû aux contrastes thermiques, dans une zone à grande échelle de temps stable et anticyclonique : il suffit de regarder sur les cartes synoptiques pour remarquer la présence d'Anticyclones un peu partout (dont le fameux anticyclone russe à l'origine de bien des soucis pour les Moscovites, écrasés ces derniers temps par une vague de chaleur sans précédent.

Bref, cette goutte froide a complètement perturbé notre temps, qui, sans sa présence, aurait été bien plus estival. Vu le relatif immobilisme des anticyclones avoisinants, cette dépression, arrivée à maturation comme en témoigne le front occlus qui l'accompagne, s'est littéralement vidée sur notre pays.

Le placement d'Yvette a eu des conséquences parfois surprenantes en Europe : ainsi il faisait nettement plus chaud en fin d'après-midi du 15 août en Finlande par exemple qu'au Nord-Ouest de l'Espagne, ciblée par un vent de Nord consécutif à la dépression.

 
 

Évolution du 15 au 17 août 2010 de la situation synoptique en Europe : on remarque la présence,
très statique, de la dépression Yvette. On remarque aussi le front occlus, signe de la maturité
de la dépression, représentée ici par les traits violets.
Source : KNMI/Hirlam

mb_hr_blue_ball.gif

Que d'eau, que d'eau ! Des quantités de précipitations impressionnantes.

Entre le 15 août au matin, et ce 17 août en fin de matinée, c'est un cumul de précipitations plus qu'impressionnant qui a été enregistré un peu partout dans le pays.

A noter que MeteoBelgique avait bien cerné ces précipitations en plaçant une alerte orange dès le dimanche 15 août au matin.

Sur la carte ci-dessous, crée le mardi 17 août à midi sur base des précipitations cumulées des dernières 72 heures, on peut voir les chiffres enregistrés par le réseau de stations MeteoBelgique : des valeurs de plus de 100 mm (ou l/m²) ont ainsi été enregistrées à plusieurs endroits du pays et en particulier dans le Hainaut oriental et en région Namuroise.
La moyenne mensuelle de la quantité de précipitations enregistrée pour un mois d'août normal est d'environ 70 mm : en deux jours de précipitations environ, c'est une fois et demi ce chiffre qui a été mesuré dans ces stations !
Des quantités aussi importantes en si peu de temps restent un phénomène assez rare en août (environ une fois en moyenne tous les 20 ans, la dernière fois étant le 27 et 28 août 1996), surtout à l'échelle du pays : il arrive que sous un orage, certaines stations isolées enregistrent des cumuls impressionnants, mais ici, c'est tout le pays qui a été concerné. En plus, au contraire des phénomènes orageux, brefs mais très intenses, ce fût dans notre cas une pluie modérée continue qui a duré plus de 24 heures en certains endroits, ce qui est quand même plutôt surprenant en été, l'automne et l'hiver étant plus coutumier de cet état de fait.

 



mb_hr_blue_ball.gif

Une goutte froide ?

Une goutte froide désigne en météorologie un volume limité d’air froid qui est représenté, sur une carte météorologique, par des isothermes fermés.

Le diamètre d'une goutte froide varie généralement de quelques centaines à un millier de kilomètres. L'air y est homogène et sans ligne de front le séparant des masses environnantes, tout en ayant une influence déterminante sur le temps. La goutte froide mène alors le plus souvent à une circulation atmosphérique de blocage où on assiste à la formation d'une dépression coupée d'altitude.

Le phénomène de goutte froide peut se produire en toutes saisons, mais on le retrouve surtout au printemps et en automne : une masse d'air polaire est amenée vers les régions plus méridionales par le courant-jet, se déplaçant entre 5 et 9 km d'altitude.

La dépression froide d'altitude peut persister de quelques jours à plus d'une semaine.


Sur la carte ci dessus, situation du 15 août dernier,
les traits grisés représentent les isothermes à l'altitude où la pression
n'est plus que de 500hPa (soit 5500 mètres environ).
On remarque bien l'isotherme fermé de -20°C, juste à l'Est de notre pays,
caractéristique d'une goutte froide d'altitude.

Newsflash

Prochains jours

Samedi 10° 24°
Dimanche 13° 25°
Lundi 10° 17°
Mardi 17°
Mercredi 14°

Relevé à 05:50

  • Ostende : 10°
  • Gand : 9°
  • Anvers : 10°
  • Bruxelles : 11°
  • Charleroi : 11°
  • Namur : 11°
  • Liège : 12°

Météo à la une

  • Consulter MeteoBelgique partout

    Consulter MeteoBelgique partout

    MeteoBelgique vous accompagne partout, via votre PC, tablette ou smartphone !
  • Modèle WRF

    Modèle WRF

    MeteoBelgique vous propose ses cartes du modèle WRF à maille fine.
  • Météogramme WRF

    Météogramme WRF

    Consulter nos propres météogrammes basés sur le modèle WRF pour n'importe quel code postal en Belgique !

Observation temps réel

Koekelberg à 06:00
Température : 12.3°C
Pression : 1021 hPa
Humidité : 81%
Précipitation (24h) : 0 mm
Vent : Nord-Ouest (très faible)