• Se connecter
Vigilance météo
Vigilance météo

Résumé climatologique de novembre 2019

La position des centres de pression et des masses d'air (à 850 hPa)

01/11/2019 00 UTC01/11/2019 12 UTC02/11/2019 00 UTC02/11/2019 12 UTC03/11/2019 00 UTC03/11/2019 12 UTC04/11/2019 00 UTC04/11/2019 12 UTC05/11/2019 00 UTC05/11/2019 12 UTC06/11/2019 00 UTC06/11/2019 12 UTC07/11/2019 00 UTC07/11/2019 12 UTC08/11/2019 00 UTC08/11/2019 12 UTC09/11/2019 00 UTC09/11/2019 12 UTC10/11/2019 00 UTC10/11/2019 12 UTC11/11/2019 00 UTC11/11/2019 12 UTC12/11/2019 00 UTC12/11/2019 12 UTC13/11/2019 00 UTC13/11/2019 12 UTC14/11/2019 00 UTC14/11/2019 12 UTC15/11/2019 00 UTC15/11/2019 12 UTC16/11/2019 00 UTC16/11/2019 12 UTC17/11/2019 00 UTC17/11/2019 12 UTC18/11/2019 00 UTC18/11/2019 12 UTC19/11/2019 00 UTC19/11/2019 12 UTC20/11/2019 00 UTC20/11/2019 12 UTC21/11/2019 00 UTC21/11/2019 12 UTC22/11/2019 00 UTC22/11/2019 12 UTC23/11/2019 00 UTC23/11/2019 12 UTC24/11/2019 00 UTC24/11/2019 12 UTC25/11/2019 00 UTC25/11/2019 12 UTC26/11/2019 00 UTC26/11/2019 12 UTC27/11/2019 00 UTC27/11/2019 12 UTC28/11/2019 00 UTC28/11/2019 12 UTC29/11/2019 00 UTC29/11/2019 12 UTC30/11/2019 00 UTC30/11/2019 12 UTC
Agrandir l'image

123456789101112131415161718192021222324252627282930
Agrandir l'image

Période Type de masse d'air Cause
du 1 au 5 Maritime  Dépressions GB, manche, France
le 6 Maritime Marais barométrique
du 7 au 9 Maritime  Dépressions GB, Nord France, Mer du Nord
le 10 Maritime Faible anticyclone Europe Est
du 11 au 13 Maritime  Dépression Ecosse => Danemark
du 14 au 17 Maritime Dépressions Manche => France
du 18 au 19 Maritime polaire Dépression Allemagne => Danemark
le 20 Continental Anticyclone Allemagne => Scandinavie
du 21 au 24 Maritime  Dépression Sud Irlande => Sud France 
du 25 au 28 Maritime  Dépressions Sud-ouest Iralnde => Danemark
le 29 Maritime polaire Dépression Danemark => Mer Baltique
le 30 Continental Anticyclone Ecosse <=> Europe Est

Bilan chiffré du mois



Quelques valeurs pour la station d'Uccle :

 

Température
en °C

Précipitations en litres / m² (jours)

Insolation
en heures

Valeurs

6.6

62.2 (18)

79.9

Normales 1981-2010*

6.8

76.4 (18.8)

66.3

Ecart

-0.2

-14.2 (-0.8)

13.6

Chart will load here
 

* Note importante concernant les moyennes : à partir de janvier 2010, nous utliserons les moyennes de la période 1981-2010 qui feront office de normales, afin de mieux coller à la réalité récente du réchauffement climatique global.

Le bilan complet se trouve ici : Relevés pour novembre 2019.
Retrouvez aussi nos graphes mensuels de nos stations du réseau MeteoBelgique sur le lien ici

Commentaires

Ce mois de novembre 2019 a été caractérisé par des températures et des précipitations proches des normales; L'insolation fut quant à elle anormalement excédentaire. On retiendra de ce mois le retour d'un véritable flux zonal une grande partie du mois, avec comme conséquence une pression moyenne très basse (1002.7 hPa). Cette valeur est d'ailleurs la plus faible enregistrée pour un mois de novembre depuis 1833. Ce fut aussi le retour, le 12 novembre, de la neige sur nos hauteurs; premières neiges de cette saison hivernale.

La grisaille aura été la couleur dominante des deux premières décades de ce mois de novembre 2019, comme ici à Schaerbeek, le 3 novembre 2019.
Photo : Webcam MeteoBelgique de Schaerbeek.  

Le 1er novembre 2019, des basses pressions sur l’Océan, s’étendant jusqu’à l’Irlande, attirent des courants maritimes assez doux mais très perturbés vers nos régions.
L’arrivée de l’air doux est cependant progressive. Les maxima relevés à 19 heures sont de l’ordre de 12 à 13°C en plaine, sauf sur l’extrême ouest, où les 15°C sont déjà approchés. Mais la nuit suivante, à 1 heure du matin, les 15°C seront atteints en de nombreux endroits (15,3°C à Melle et Semmerzake ; 15,1°C à Chièvres et à Beitem). Ces 15°C seront atteints encore plus tard dans la nuit plus à l’est (15,2°C à Angleur et 15,1°C à Hastière). Dans les Hautes-Fagnes, le maximum relevé à Mont-Rigi à 19h est de 8,6°C, puis la température montera jusqu’à 11,4°C en fin de nuit.
Le temps est gris avec stratus, stratocumulus et nimbostratus pluvieux. Les pluies et bruines intermittentes sont présentes dès la matinée sur la majeure partie du pays (propagation rapide d’ouest en est), avec souvent une intensification en soirée et la nuit. Les plus gros totaux sont réservés pour le sud du pays avec 24,2 mm à Bièvre ; 22,2 mm à Sivry ; 21,6 mm à Buzenol et 18,2 mm à Aubange. Pour l’ouest du pays, on retiendra les 15,6 mm à Beitem. Les vents, d’abord de sud-est, tournent dès le matin au sud.

Le 2 novembre 2019, les basses pressions, à présent principalement situées sur les Îles Britanniques, continuent de nous envoyer de l’air maritime doux, mais perturbé puis instable. Nous nous retrouvons en effet rapidement à l’arrière des principales perturbations, avec un ciel de traîne.
Le matin est encore particulièrement doux, avec 13 à 14°C en de nombreux endroits et de la pluie qui évolue déjà en averses. Puis les éclaircies arrivent, avec des cumulus, cumulonimbus et pas mal de stratocumulus cumulogenitus. Plus tard, on observe également des cirrostratus et altostratus, voire des nappes de stratocumulus cette fois-ci non issues de cumulus, pendant que la convection, de façon générale, diminue. Au littoral, on observe même des pluies continues tout au long de l’après-midi (back-bent-occlusion s’enroulant autour de la dépression juste au nord de notre littoral).
Les températures, d’abord, diminuent un peu, puis remontent, de telle manière qu’on puisse véritablement parler de deux maxima. Ces deux maxima (du matin et de l’après-midi) sont parfois fort proches en valeur, ce qui fait qu’il est difficile de déterminer lequel des deux a donné le vrai maximum (pour les stations où il n’y a qu’un relevé du maximum et du minimum, sans valeurs intermédiaires). En tout cas, les températures les plus élevées relevées se situent entre 14 et 15°C, localement 16°C en plaine (16,2°C à Bilzen) et entre 11 et 12°C sur les hauteurs. Le vent a également fait parler de lui, avec quelques rafales de 70 km/h, voire de 80 km/h au littoral (maximum : 83 km/h à Zeebruges).

 Le 3 novembre 2019, une dépression secondaire, encore à peine visible la veille au soir au large de la Bretagne, s’est ensuite creusée sur le nord-ouest, puis le nord-est de la France. En après-midi, le noyau de cette dépression traverse la Belgique avant de remonter vers les Pays-Bas et la Mer du Nord.
Le parcours au départ très méridional du noyau de basses pressions provoque un basculement des vents vers le sud-est, temporairement même vers l’est sur le nord du pays, avant un retour dans le cadran sud à ouest en fin de soirée (mais temporairement nord-ouest sur le nord du pays).
Il s’ensuit un temps hybride entre régime perturbé et régime instable. Après quelques éclaircies locales le matin, entre stratocumulus et déchirures du voile d’altitude, le ciel se couvre rapidement, avec des stratocumulus qui deviennent turbulent et qui se présentent parfois sous forme de gros rouleaux. Le tout se mêle à des nimbostratus, alors que les stratocumulus se développent parfois en castellanus avec des cumulonimbus encastrés dans la masse de nimbostratus. Les petites pluies continues, alors, deviennent soudain fortes. Au littoral, on observe aussi des éclaircies en fin de journée.
Dans le détail, on observe surtout de faibles précipitations au littoral en milieu de journée, tandis qu’il pleut pendant une portion plus importante de la journée dans les autres régions du pays, avec en plus des averses en fin d’après-midi et début de soirée.
De ce fait, les précipitations sont assez variables d’un endroit à l’autre. Les pluies continues donnent quelques 2 à 4 mm, mais certaines averses enclavées font monter les totaux jusqu’à 10-15 mm, voire plus (Buzenol : 17,0 mm ; Bièvre : 16,4 mm ; Koersel : 14,1 mm). Les températures maximales, en légère baisse, affichent 11 à 14°C en plaine et 9 à 10°C sur les hauteurs.

Le 4 novembre 2019, les basses pressions sur les Îles Britanniques reprennent leurs droits, avec un vent qui soufflent à nouveau de sud à sud-ouest sur tout le pays. 
Le temps prend un caractère assez instable avec quelques éclaircies, mais surtout des averses. Notamment sur le sud de la Province de Namur en fin d’après-midi, et plus rarement en Flandre en soirée, quelques-unes de ces averses prennent un caractère orageux.
À côté des nuages convectifs (cumulus et cumulonimbus), il y a aussi pas mal d’altocumulus et de stratocumulus, parfois suffisamment épais pour donner eux-mêmes des précipitations. Le mix de nuages convectifs et de nuages plus stratiformes apparaît clairement sur la photo prise à Braine l'Alleud ci-dessous.
Les températures maximales sont dans le même ordre de grandeur que la veille, souvent un brin plus douces en plaine et un brin plus fraîches sur les hauteurs, avec respectivement des valeurs de 13 à 14°C et de 8 à 9°C. 

Nuage convectif, perdu auprès de nuages stratiformes, éclairé par le soleil en soirée, ce 4 novembre 2019.
Photo : Webcam MeteoBelgique de Braine L'Alleud.  

Le 5 novembre 2019, à nouveau, un noyau dépressionnaire prend un parcours très méridional, plus méridional encore que le 3, avec un parcours de la Bretagne au centre de la France.
Le temps, de ce fait, ressemble un peu à celui du 3 novembre, mais sous une version plus calme, avec en général moins de précipitations. Mais comme le 3 (et en partie aussi le 4), les précipitations tombent à la fois sous forme continue et sous forme convective.
Après quelques éclaircies matinales ici et là, le ciel devient très nuageux à couvert avec des nappes étendues de stratocumulus, qui se doublent par la suite de cumulus. En fin de journée, on revoit des éclaircies, à nouveau ici et là.
Au littoral, le temps est nettement meilleur, avec des stratocumulus plus minces, parfois des altocumulus et des éclaircies plus larges. Au sud du pays, les éclaircies sont (un peu) plus répandues aussi.
Les températures maximales perdent encore quelques petits degrés et se situent entre 11 et 12°C en plaine, 10°C au centre et 7 à 8°C sur les hauteurs.
Les totaux de précipitations sont en général faibles, souvent inférieurs à 1 mm, mais quelques cotes frôlent les 5 mm, comme par exemple à Bièvre (4,7 mm). Sur l’extrême ouest du pays, il pleut beaucoup le soir et la nuit. À Bergues (FR), non loin de la frontière belge, il tombe 7 mm d’eau en soirée. On retrouve à peu près la même quantité d’eau (8 mm) en deuxième partie de nuit à Coxyde.

Le 6 novembre 2019, un marais barométrique à tendance dépressionnaire se met en place au-dessus d’une grande partie de l’Europe, avec chez nous des occlusions qui restent traîner dans un lent déplacement de nord-ouest à sud-est.
Journée sous les stratus, avec de la brume et parfois du brouillard. Ces stratus se transforment ensuite en stratocumulus, puis en cumulus. Mais souvent, il y a au-dessus des nuages de l’étage moyen, altocumulus et altostratus, et par endroit, les cumulus ne dépassent pas le stade de fractus.
Les meilleures éclaircies sont réservées à la région côtière, où le ciel est même parfois peu nuageux (peu de cumulus par moment).
Un peu partout, on note de faibles précipitations, de la bruine en provenance du brouillard et des stratus, de la pluie en provenance des altostratus. Par endroit, ces précipitations mènent à des totaux de plusieurs millimètres, le plus dans les Hautes-Fagnes (8 mm à Mont-Rigi).
Les températures maximales baissent encore un peu, sauf au littoral où, grâce au vent de mer, elles se situent vers les 12-13°C. Sinon, elles tournent autour de 10-11°C en plaine et autour de 6-7°C sur les hauteurs, ce qui est proches des normes saisonnières.
Les vents soufflent sans grande conviction, avec une prédominance sud-ouest à l’avant des perturbations (deux occlusions qui, plus tard, fusionnent pour n’en former plus qu’une), et une prédominance nord-ouest à l’arrière des perturbations. Mais bien vite, ces vents deviennent variables.

Le 7 novembre 2019, des pressions plus basses, présentes sur l’ouest des Îles Britanniques, s’approchent en se creusant encore un peu et bousculent le marais barométrique, si bien que nous nous retrouvons à nouveau sous un régime franchement dépressionnaire.
Les vents reprennent donc du poil de la bête, et soufflent d’abord de sud-est, puis temporairement de sud-ouest l’après-midi avant de revenir au sud le soir, puis à nouveau (presque) au sud-est la nuit.
Le temps est d’abord couvert, avec des altostratus (parfois avec altocumulus) évoluant en nimbostratus pluvieux, puis instable avec des éclaircies, des cumulus et des cumulonimbus, ainsi que des altocumulus cumulogenitus. Parfois, les structures des cellules sont belles et visibles de loin. En Belgique, l’instabilité ne suffit pas pour développer de l’activité orageuse, mais dans le nord de la France, de façon très isolée, des orages réussissent à se former.
Les températures maximales, à peu de choses près, atteignent les mêmes valeurs que la veille, avec le plus souvent 10 à 11°C en plaine et 5 à 6°C sur les hauteurs. Avec la baisse des températures en soirée, les premiers flocons de neiges ont été signalés sur l’est du pays au-dessus de 650 mètres d’altitude. Aucun enneigement ne nous est cependant connu.

Nuages visibles de loin dans le ciel de Beausaint, ce 7 novembre 2019.
Photo : Webcam MeteoBelgique de Beausaint.  

Le 8 novembre 2019, la dépression, déjà complexe au départ avec plusieurs noyaux, possède maintenant deux noyaux vraiment distincts, l’un sur la France et l’autre sur la Mer du Nord. Ces noyaux se comblent à nouveau, avec retour à un marais barométrique à nuance dépressionnaire.
Cette configuration nous vaut des vents faibles, d’abord de sud à sud-est, puis à prédominance de sud-ouest, et de nord-ouest le soir sur l’ouest du littoral.
Les températures sont en baisse, avec des minima compris entre 0 et +3°C en plaine et entre –1 et +1°C sur les hauteurs. Les maxima ne dépassent guère 7°C sur l’extrême ouest du pays (7,0°C à Coxyde et Beitem ; 7,3°C à Passendaele), sinon remontent jusqu’à 10-11°C en plaine et 6-7°C sur les hauteurs.
La raison de ce froid sur l’ouest est l’arrivée, après un matin pourtant ensoleillé, de brouillards et de stratus en fin de matinée, stratus qui ne se redéchirent qu’en fin de journée. Ailleurs dans le pays, le temps est beau à faiblement instable avec des cumulus, dont quelques-uns atteignent encore le stade de congestus. Ici et là, on note aussi très temporairement des stratocumulus plutôt bas, résidus des brouillards et stratus de l’ouest. Au sud du pays, on note aussi quelques voiles d’altitude.
À Coxyde, le brouillard de la journée est immédiatement suivi, le soir, par de fortes précipitations (jusqu’à 9,1 mm au relevé 8h -> 8h). Sinon, il y a peu ou pas de précipitations (sur la même période horaire).

Le 9 novembre 2019, nous restons dans un relatif marais barométrique, mais cette fois-ci avec une nuance anticyclonique qui se dessine de plus en plus.
Après un début de journée perturbé (nimbostratus faiblement pluvieux, parfois accompagnés de stratus très bas), le temps devient rapidement beau. Les stratocumulus suivant le nimbostratus se dispersent en matinée, tandis que quelques cumulus se forment dans un ciel très bleu. Ces cumulus se résorbent à leur tour pour la plupart, pour laisser le ciel quasiment serein. Quelques exemplaires de ces cumulus se développent encore assez bien, jusqu’au stade de congestus. Ici et là, on observe aussi quelques stratocumulus d’étalement.
Sur le sud et l’est du pays, le ciel demeure plus nuageux (stratocumulus plus nombreux, et même très nombreux au-dessus de la Gaume, où il y a très peu d’éclaircies). À noter que du côté de Martelange, on observe à nouveau quelques flocons de neige.
Les températures maximales restent un brin trop fraîches pour la saison, avec 8 à 10°C en plaine et 3 à 6°C sur les hauteurs.
Les vents de sud-ouest tournent au sud-est en soirée.

Le 10 novembre 2019, un faible anticyclone sur l’Europe centrale détermine le temps sur nos régions. Cela suffit pour maintenir le beau temps sur nos régions. Sur le nord et le centre du pays, le ciel est serein en dehors de quelques cirrus. Sur le sud du pays, on observe du brouillard le matin, qui en Gaume a du mal à se dissiper. Ensuite, le temps devient beau aussi mais, selon les endroits, avec quelques fractus, cumulus ou stratocumulus cumulogenitus.
La nuit est partout froide avec des gelées en de nombreux endroits. Genk descend jusqu’à –2,5°C, Koersel, jusqu’à –2,3°C et Elsenborn, jusqu’à –2,1°C. En journée, les températures remontent jusqu’à des valeurs un brin supérieures à celles de la veille, avec 9 à 11°C en plaine et 7 à 8°C sur les hauteurs (là, la remontée est même significative). Le soir toutefois, les températures chutent rapidement sous le ciel encore dégagé en première moitié de nuit. C’est en soirée, d’ailleurs, que le gel apparaît par place et que les minima de la nuit suivante sont atteints, avec par exemple en plaine –1,1°C à Diepenbeek et –0,5°C à Kleine Brogel, et sur les hauteurs –2,7°C à Elsenborn, –1,9°C à Mont-Rigi et –0,2°C à Spa (minima généralement atteints entre 21 et 23 heures).

 Le 11 novembre 2019, l’anticyclone se renforce certes sur le continent, mais s’éloigne de nos régions, laissant chez nous le champ libre aux dépressions et perturbations atlantiques.
Des vents plus forts et une température matinale plus élevée (autour de 6°C en plaine) que celle du début de la nuit sont les symptômes de cette influence dépressionnaire croissante. Les nuages ne tardent pas à suivre. Dès le matin, on observe des cirrus et des altocumulus, bientôt suivis de stratocumulus et de nimbostratus. En fin de journée, de timides éclaircies nous reviennent. Au sud du pays, les nimbostratus arrivent plus tard, après une journée où, localement, des stratocumulus ont été présents dans le ciel en constance.
Il s’agit d’une occlusion (en fait deux qui ont fini par fusionner) commandée par une dépression sur l’Écosse, se déplaçant par la suite vers la Mer du Nord. Malgré le caractère très maritime des masses d’air, poussées par un vent de sud puis de sud-ouest (ouest au littoral), les températures ne montent plus tellement par rapport au matin, avec des maxima restant coincés entre 7 et 9°C en plaine et entre 3 et 4°C sur les hauteurs.

Le 12 novembre 2019, la dépression descend vers le sud de la Mer du Nord, tandis que faibles perturbations et lignes d’instabilité (post-frontales) continuent à tourner autour du noyau de cette dépression. L’air se refroidit en altitude, avec des températures qui, au niveau 500 hPa (vers 5300 mètres) tombent à –34°C et au niveau 850 hPa (vers 1330 mètres), à –3°C. C’est déjà suffisant pour un peu de neige en Ardenne.
À Mont-Rigi, des traces de neige sont présentes au sol dès le matin, mais le premier vrai enneigement (fine couche complète) intervient en milieu de matinée. Ensuite, la neige fond partiellement, puis se renouvelle en tout début d’après-midi, avant de fondre à nouveau partiellement par la suite. Il s’agit là du premier enneigement de la saison hivernale 2019-2020 pour les Hautes-Fagnes. Il n’est ni précoce ni tardif, tout à fait dans les normes pour le plateau des Hautes-Fagnes. 
On observe également une couche de neige complète, l’après-midi, dans les Cantons de l’Est, notamment à Bullange et à Wirtzfeld, ainsi qu’à Kaiserbaracke. Un très bref enneigement est également noté en début d’après-midi à Wideûmont, sur le plateau ardennais.
De l’autre côté du pays, au littoral, on observe de la grêle et quelques flocons de neige lors d’averses en matinée, par températures de 3-4°C. En après-midi, le temps garde une certaine instabilité avec des cumulus congestus, mais les averses diminuent et la température remonte jusqu’à 9°C.
En contrepartie, le temps devient beau dans d’autres régions du pays, comme au centre, au nord et au nord-est où la couche nuageuse (mix de stratocumulus et de nuages convectifs) se déchire à la mi-journée, laissant un ciel bleu avec quelques cumulus. Les températures maximales, là, atteignent 6 à 8°C.
Au sud et à l’est du pays, le ciel reste plus nuageux toute la journée, avec là aussi un mix de stratocumulus et de nuages convectifs, les cumulus devenant plus dominants en après-midi. En dessous de 450-500 mètres, la plupart des précipitations tombent sous forme de pluie. Les températures maximales, selon l’altitude, s’échelonnent entre 1 et 6°C.

Quand les couleurs automnales se mélangent aux couleurs hivernales, comme ici à Botrange, le 12 novembre 2019.
Photo : Alexis Papapanayotou.  

Le 13 novembre 2019, le matin, la station officielle de Mont-Rigi nous indique une couverture neigeuse complète de 1 cm. La température, à ce moment, est de 0,2°C après un minimum de –0,4°C. Avec des températures qui atteindront un maximum de 2,2°C, la neige fondra en journée. L’après-midi, il ne reste que des traces.
On observe également un peu de neige, le matin, à Wirtzfeld et à Weisser Stein.
Le temps, en ce 13 novembre, se situe à nouveau entre stabilité et instabilité, avec nappes étendues de statocumulus, mais aussi développement de cumulus et de quelques éclaircies. Au littoral, les nuages convectifs dominent nettement, avec éclaircies plus larges et présence de cirrus. Au sud du pays par contre, c’est le stratiforme qui prédomine, avec ambiance très grise et même du brouillard en matinée.
À l’exception du sud du pays (là, il y a quelques pluies continues en soirée), de petites averses sont observées un peu partout, mais avec de faibles totaux pluviométriques, le plus souvent inférieurs à 2 mm.
Les températures maximales, en légère hausse, se situent entre 8 et 10°C en plaine et entre 2 et 3°C sur les hauteurs.

Le 14 novembre 2019, le temps de ce jour se caractérise, d’une part, par des basses pressions qui descendent du sud des Îles Britanniques vers l’ouest de la France, et d’autre part par des basses pressions méditerranéennes qui remontent vers la Suisse et l’est de la France. En combinaison avec de faibles hausses de pression sur les États Baltes, les vents s’orientent au sud-est sur notre pays, puis à l’est en fin de journée.
Il en résulte une petite tendance fraîche pour la saison, avec des maxima qui baissent à nouveau un peu pour atteindre 7 à 8°C en plaine, 5 à 7°C au centre et 2 à 4°C sur les hauteurs.
Le temps est plutôt gris, avec des stratocumulus souvent en dessous d’altostratus, stratocumulus qui se doublent parfois de cumulus. En fin de journée, on voit aussi des altocumulus dans le cadre de maigres éclaircies. Sur l’ouest du pays, les éclaircies sont plus larges, principalement vers midi et en début d’après-midi, avec mix de cumulus et de stratocumulus discontinus. Au littoral, le temps est même temporairement très beau.
En début de journée, on note parfois encore des précipitations, et plus isolément aussi en soirée. Au total, Beitem enregistre 3,1 mm, suivi de Dourbes avec 2,9 mm et de Melle avec 2,1 mm. Le plus souvent cependant, les précipitations sont peu significatives.

Le 15 novembre 2019, les pressions sont relativement basses sur la France, et relativement élevées sur la Scandinavie. Nous nous retrouvons sous des vents de nord-est, qui s’orientent ensuite à l’est, puis au sud-est en acheminant de l’air encore un peu plus froid. Les maxima ne dépassent guère plus 5 à 6°C en plaine (7 à 8°C dans la région côtière), et près de 2°C sur les hauteurs.
Le temps demeure gris avec des stratus évoluant en stratocumulus, et parfois de maigres éclaircies. Au sud du pays, les stratocumulus se doublent aussi de cumulus. Il n’en tombe cependant aucune précipitation significative.
Très surprenant toutefois : une bulle d’air froid qui se forme l’après-midi au-dessus de la région parisienne en y produisant des chutes de neige. Le phénomène se résorbe ensuite en cours de soirée, le plus tard au nord de Paris.
Plus au nord, la neige n’apparaît qu’en toute fin d’après-midi et soirée, comme par exemple à Amiens où la pluie se transforme en neige vers 17h30. C’est d’ailleurs la bordure nord de la bulle d’air froid, qui n’ira pas plus loin.
Les causes : d’une part adiabatique en raison d’une ascendance forcée liée à une convergence marquée des vents autour d’un petit noyau dépressionnaire, d’autre part lié à un refroidissement supplémentaire dû à l’évaporation partielle des précipitations, par moment fortes. Une fois que la température s’est approchée de 0°C, il s’est mis à neiger.
Par la suite, ces deux causes disparaissant et sans advection particulière d’air froid, les températures sont remontées au niveau où elles avaient été auparavant.

Le 16 novembre 2019, le temps, sur nos régions, est déterminé par deux dépressions à évolution fort différente, l’une située sur le nord-ouest de la France et se déplaçant vers le sud pour se retrouver sur l’ouest, puis le sud-ouest de la France, et l’autre remontant au contraire vers le nord au départ de l’Allemagne pour se retrouver sur le Danemark, puis sur le sud-ouest de la Suède. Des perturbations, sous forme d’occlusions, tendent à relier ces deux noyaux. Par rapport à notre pays, nous avons deux occlusions qui évoluent au nord-ouest, sur l’Angleterre, et une troisième occlusion, liée à d’autres basses pressions, située tout juste au large de l’Irlande.
La Belgique n’étant pas touchée par ces perturbations, nous n’enregistrons pas (pu pratiquement pas) de précipitations. Le temps est même relativement beau, avec un ciel serein ou presque le matin, puis un voile progressif de cirrus puis de cirrostratus, et l’apparition de stratocumulus en fin de journée. Parfois, quelques cumulus parviennent aussi à se développer l’après-midi. Au nord-ouest du pays, les nuages (cumulus et stratocumulus en dessous du voile d’altitude) sont plus présents l’après-midi, au sud-est du pays, les nuages (stratocumulus et voile plus épais) sont au contraire plus présents en matinée.
En surface, les vents soufflent de sud-est à sud, une touche continentale donc, qui est responsable d’un temps assez froid pour la saison. Après une nuit avec des gelées en de nombreux endroits, les températures maximales, l’après-midi, ne dépassent guère 6 à 8°C en plaine et dans les vallées, et 3 à 4°C sur les hauteurs.

Le 17 novembre 2019, les deux dépressions de la veille se sont comblées ou sont en passe de se combler, mais cela ne rend pas la situation moins complexe. Une dépression, située le matin sur le Golfe de Gêne, remonte vers l’Allemagne. La perturbation qui l’accompagne est un front chaud qui évolue du sud-est vers le nord-ouest et entraîne dans son sillage un air particulièrement doux pour la saison, qui intéresse des parties de l’Autriche, de la Tchéquie et de la Pologne, et qui frôle l’Allemagne. Amstetten (AT) monte à 19,7°C, Ostrava (CZ) atteint 18,7°C, Nowy Sacz (PL) arrive à 19,2°C.
De l’autre côté de la dépression et de la perturbation, un courant septentrional amène de l’air assez frais sur notre pays et l’Europe occidentale en général. Des perturbations, pendant ce temps, restent traîner sur la France et les Îles Britanniques. Pendant la nuit suivante, notre pays sera pris en sandwich par les perturbations en provenance de l’est et de l’ouest.
En attendant, le temps reste beau et relativement froid sur nos régions, avec une évolution qui n’est que peu différente de celle de la veille : le ciel est serein ou presque en matinée, puis se voile de cirrus et de cirrostratus, avec plus tard l’apparition d’altocumulus. À nouveau, les nuages sont plus présents au sud-est du pays (voile plus épais, apparaissant plus rapidement), mais ce n’est plus le cas au nord-ouest.
À noter que grâce aux altocumulus, on note un bref flamboiement du ciel en de nombreux endroits lors du coucher du soleil, vers 17 heures.
Après une nuit froide aux gelées répandues, les températures maximales ne grapillent qu’un petit degré par rapport à la veille, pour se situer entre 7 et 9°C en plaine et autour des 4°C sur les hauteurs.
La (première) perturbation en provenance de l’est aborde dès la fin de l’après-midi l’extrême est du pays, avec d’abord de la pluie, puis de la neige à partir de 400 mètres d’altitude environ. Cette zone de précipitations se propagera ensuite jusqu’au centre du pays en cours de nuit. Du côté ouest, nous avons en soirée une ligne d’averses organisées au large de la côte, qui se déstructure par la suite mais qui parvient encore à donner des précipitations dans la zone côtière, surtout à l’ouest.

Le 18 novembre 2019, la dépression, responsable de la remontée d’air chaud sur l’est de l’Europe, se trouve à présent sur le Danemark, où elle s’immobilise. Un front froid, en provenance du… sud, y chasse l’air chaud de la veille. Mais avant cela, il refait particulièrement doux, comme par exemple à Ostrava (CZ) où la température affiche 16,2°C à 10 heures du matin, par ciel très nuageux et juste avant les pluies. En Pologne, où le front arrive plus tard, la douceur tient jusqu’en début d’après-midi, avec également 16,2°C à Nowy Sacz (à 10h et à 12h ; 15,4°C à 11h).
Chez nous, en raison des nuages, la nuit est moins froide que la précédente, mais encore suffisamment froide sur les hauteurs pour que la neige tienne au sol. Entre autres Mont-Rigi, Weisser Stein, Wirtzfeld et Bullange se réveillent avec un paysage bien blanc. Selon la RTBF, on a mesuré le matin 5 cm dans les Hautes-Fagnes et 3 à 4 cm du côté de Francorchamps. Sur le Plateau Ardennais, le neige est présente aussi, mais plus mince et de moins bonne qualité. Toutefois, la couche est complète à Wideûmont et à Bastogne.
En cours de matinée, une deuxième perturbation aborde l’est du pays et s’avance vers l’ouest jusqu’à couvrir deux-tiers de la Belgique environ, avant de se retirer à nouveau vers l’est. Sur les hauteurs, les chutes de neige épaississent le tapis neigeux des Hautes-Fagnes et des Cantons de l’Est, tandis que l’épaisseur et la qualité de la couche de neige s’améliorent nettement sur le plateau ardennais. À Saint-Hubert, les températures (très) légèrement positives descendent temporairement en dessous de 0°C l’après-midi. Au même moment, Bastogne devient vraiment blanche aussi. Temporairement, la limite de la neige au sol descend même jusqu’à 400 mètres.
Sur les Hautes-Fagnes, certaines sources parlent de localement 15 cm de neige, voire plus durant l’après-midi. La valeur officielle la plus élevée, en fin de compte, est celle de Mont-Rigi avec 16 cm.
En soirée et la nuit, cependant, l’air doux qui se trouvait à l’arrière de la perturbation (paradoxalement à l’est) provoque le dégel jusqu’aux plus hauts plateaux et il se remet à pleuvoir. Cet air doux persistera pendant plusieurs heures (Saint-Hubert : 2,8°C à 22h et 23h) ; Mont-Rigi : 1,8°C à 23h et 00h ; Elsenborn : 2,1°C à 01h) avant que la perturbation, marchant à reculons et revenant vers l’est, ne chasse à nouveau cet air plus doux.
Le ciel, sur la Haute Belgique, est gris avec fractus bas, s’accrochant aux reliefs. Sous les chutes de neige, le ciel devient uniforme et gris blanchâtre.
Au centre du pays, on observe des pluies et bruines pendant une bonne partie de la journée sous un nimbostratus avec, par moment, de fort mauvaises visibilités (parfois presque du brouillard). En début de matinée, avant les précipitations, on observe aussi des stratocumulus. Les maxima, atteints en début de soirée, tournent autour de 7°C (5°C en début d’après-midi).
L’ouest du pays, confronté à d’autres perturbations, connaît un autre type de temps. Il y fait plus doux aussi grâce à des vents venant de la mer, avec des maxima de 9 à 10°C. Notamment au littoral, le temps est plus instable, avec des précipitations tombant sous la forme de petites averses. On y observe des stratocumulus, au sein desquels se développent des nuages convectifs. Durant l’après-midi, le ciel s’éclaircit avec cumulus et larges portions de ciel bleu. Ce temps légèrement instable ne pénètre pas très loin à l’intérieur des terres.

La neige s'est invitée temprorairement à Sourbrodt, comme en beaucoup d'endroits au Sud du sillon Sambre-et-Meuse, ce 18 novembre 2019.
Photo : Jean-Michel Lebrun.  

Le 19 novembre 2019, une petite influence anticyclonique se fait sentir chez nous, grâce notamment à un noyau de hautes pressions se déplaçant de l’Espagne à l l’Allemagne en passant par la France et le Luxembourg.
Cela permet au temps de redevenir rapidement beau, avec quelques stratocumulus résiduels le matin, puis un ciel serein avant la formation de cumulus l’après-midi. Ces cumulus atteignent le stade de mediocris (parfois petits congestus) avant de se résorber très vite en fin de journée. À noter que ces stratocumulus matinaux présentent parfois des protubérances (stratocumulus castellanus).
En Ardenne, le ciel est plus nuageux avec stratus, stratus fractus puis cumulus fractus, évoluant en cumulus (jusqu’à congestus) tandis que les stratocumulus restent assez nombreux et limitent les éclaircies. En Gaume, le ciel est plus nuageux encore, avec brouillard le matin, puis stratus / stratocumulus et quelques éclaircies passagères l’après-midi.
À l’exception du nord-ouest et du nord du pays, où les minima restent élevés (4 à 7°C), le temps se refroidit à nouveau, avec au petit matin le plus souvent 2 à 3°C en plaine et autour de 0°C sur les hauteurs. Cela sauve la couche de neige sur les Hautes-Fagnes et les Cantons de l’Est. À Mont-Rigi, on mesure officiellement 9 cm à 8 heures du matin. Sinon, la neige est bien présente, entre autres, à Sourbrodt, Wirtzfeld, Bullange et Weisser Stein. Sur le Plateau ardennais, la couche est encore tout juste intacte le matin, avec 1 à 2 petits centimètres. À l’est de ce plateau, Gouvy mesure 3 cm de neige.
En journée, grâce au soleil mais aussi grâce à la propagation d’une petite douceur maritime, les températures remontent assez bien, avec des maxima de 8 à 9°C en plaine et encore de 7 à 8°C au centre du pays. Sur le sud-est, il fait plus froid avec 4 à 5°C en Gaume, tandis que sur les hauteurs, les maxima se situent entre 1 et 3°C. Ces 3°C, observés sur le Plateau ardennais, sont trop pour la fragile couche du matin : à Wideûmont l’après-midi, la couche est en piètre état et même plus complète. En Hautes-Fagnes, par contre, la neige résiste et reçoit même du renfort grâce à de faibles chutes de neige résiduelles.

Le 20 novembre 2019, une lointaine influence anticyclonique, grâce à un petite crête sur la Scandinavie, permet à de nombreuses régions de notre pays de bénéficier d’un très beau temps.
Après dissipation de brouillards locaux, le ciel est peu nuageux avec quelques fins cirrus et quelques rares cumulus / stratocumulus cumulogenitus (parfois aussi stratocumulus en bancs) l’après-midi. Au littoral, le ciel est un peu plus voilé. Au sud-est du pays, le temps est nuageux à beau avec régulièrement d’importants bancs de stratocumulus. Plus à l’est, sur les Hautes-Fagnes, on observe aussi pas mal de stratus fractus, mais aussi de beaux moments ensoleillés au-dessus d’une neige désormais fort gelée.
À 8 heures, Mont-Rigi mesure 10 cm de neige, et Gouvy, 2 cm. Partout où la neige était intacte la veille, elle l’est encore en ce 20 novembre, avec parfois des ambiances splendides.
Les températures sont en baisse partout. À l’exception de la bordure immédiate de la mer, le gel est généralisé le matin, avec des températures de –1 à –4°C en plaine et de –3 à –6°C sur les hauteurs. Les valeurs les plus basses en plaine sont observées à Deurne avec –3,8°C et à Gorsem, ainsi qu’à Sint-Katelijne-Waver avec –3,3°C (mais seulement –1,8°C à Kleine Brogel, sous un ciel partiellement nuageux). En Haute Belgique, on a –6,5°C à Elsenborn et –6,1°C à Bièvre.
En journée, les maxima sont en légère baisse aussi, avec 6 à 7°C, très localement 8°C en plaine, et 0 à 1°C sur les hauteurs. Les vents soufflent d’est à sud-est et repoussent toute influence maritime. 

Belle vue hivernale à la Baraque Michel enneigée, ce 20 novembre 2019.
Photo : Alexis Papapanayotou.  

Le 21 novembre 2019, un très puissant anticyclone s’est formé sur la Russie, où le froid hivernal est enfin apparu (Moscou : min = –8,5°C / max = –5,3°C) après un mois de novembre jusqu’alors presque dépourvu de gel (dans la région de Moscou tout au moins).
Chez nous, ce sont de faibles dépressions, avec de très faibles perturbations qui déterminent le temps, le tout avec des vents de surface d’est à sud-est.
Le ciel est voilé de cirrostratus et d’altostratus, parfois accompagnés de quelques altocumulus, qui font place ensuite à des cirrus et des éclaircies. Sur le sud-est et le sud du pays, on observe aussi des stratus, parfois assez coriaces. Sur le nord-est, on note quelques bancs de stratocumulus.
La nuit a été à nouveau froide, avec des gelées généralisées (sauf en bordure immédiate de la mer). En journée, les températures maximales tendent à baisser en plaine (3 à 5°C) et à remonter en Haute Belgique (1 à 3°C). Quelques points plus doux au sud-ouest / sud du pays avec par exemple 8,1°C à Dourbes et 7,0°C à Chièvres.
Le matin, on mesure encore 9 cm de neige à Mont-Rigi. Le sol reste encore bien enneigé à Sourbrodt, Wirtzfeld, Bullange et Weisser Stein. À Wideûmont par contre, la couche est très incomplète le matin, et il ne reste que des traces le soir.
Une nouvelle faible occlusion, à caractère de front chaud, aborde le pays par le sud-ouest en fin de soirée et le traverse durant la nuit. Elle ne donne que des faibles précipitations ici et là, mais des vents de sud-sud-est, à l’arrière, acheminent un air méridional nettement plus doux.
Ceci est d’abord visible en altitude, avec vers minuit de l’air à 8°C à 400 mètres d’altitude au-dessus de Beauvechain. En surface, l’air se refroidit d’abord, mais les minima sont déjà atteints en première partie de nuit, avec les dernières bulles d’air froid qui sont évacuées en milieu de nuit. À Anvers, il se remet à geler vers 22-23 heures jusque peu après minuit. À Diepenbeek, il ne gèle (tout juste) plus, mais la nuit connaît le passage de deux bulles d’air froid, avec 1,9°C à 19h ; 4,2°C à 21h et 0,7°C à 1h.
Aux petites heures, la température atteint déjà 6 à 7°C sur presque tout le pays, tandis qu’un franc dégel s’installe aussi dans les Hautes-Fagnes. Ceci marquera la fin du petit épisode hivernal que la Haute Belgique vient de connaître.

Le 22 novembre 2019, notre pays se trouve dans un flux de sud-sud-ouest qui s’oriente au sud-sud-est à la suite du déplacement d’un noyau de basses pressions vers le Golfe de Gascogne.
En surface, on parlera plutôt de vents de sud-sud-est s’orientant graduellement à l’est en plaine et au sud-est sur les hauteurs. Le temps est beau à légèrement voilé avec des cirrus parfois épais. Le matin, on observe aussi quelques stratus fractus. Sur le sud du pays, les nuages sont plus nombreux avec d’une part un voile tendant davantage vers le cirrostratus, et d’autre part la présence de stratocumulus, principa lement en première moitié de journée.
Le temps est doux, avec des maxima de 10°C au littoral, de 10 à 12°C en plaine et de 4 à 7°C sur les hauteurs.
Seules les Hautes-Fagnes connaissent encore une couverture neigeuse digne de ce nom, avec 6 cm le matin à Mont-Rigi, et encore une belle couverture neigeuse à Weisser Stein. À Sourbrodt, la couche est certes complète le matin, mais en mauvais état. Cette neige fond partiellement l’après-midi. À Wideûmont, il n’y a plus de neige au sol.

 Le 23 novembre 2019, les pressions sont basses sur le sud-ouest de l’Angleterre, la France et la Méditerranée, tandis qu’un puissant noyau anticyclonique se trouve sur la Russie. Le flux général, sur nos régions, a continué à basculer pour prendre une direction sud-est, avec une perturbation qui tente de s’approcher depuis la France, mais n’y arrive pas.
En surface, le vent souffle généralement d’est au-dessus des plaines, mais tend davantage vers le sud-est sur les hauteurs. Le temps est très nuageux dans l’ensemble, mais avec peu ou pas de précipitations. On observe le plus souvent des altostratus mêlés d’altocumulus, avec dislocation en fin de journée et quelques éclaircies. Les températures restent encore assez douces, baissent toutefois un peu par rapport à la veille en plaine, avec 8 à 11°C, mais atteignent presque autant sur les hauteurs avec, là, 8 à 10°C. Cette hausse est liée à des températures fort élevées à faible altitude. À l’air libre entre 600 et 700 mètres d’altitude, on monte même temporairement jusqu’à 14°C !
À Mont-Rigi le matin, la couverture neigeuse est désormais incomplète aussi, avec encore 1 cm par endroit. En fin de journée, il ne reste plus que des traces. À Weisser Stein, la neige résiste un peu mieux, mais fond aussi. À Wirtzfeld, il ne reste que très peu de neige.

Le 24 novembre 2019, l’influence dépressionnaire prend le dessus et une occlusion traverse lentement le pays de sud-ouest à nord-est. Mais cette occlusion est très affaiblie.
En surface, les vents s’orientent temporairement au sud-ouest, mais tendent à revenir vers le sud-est par la suite. Le temps est généralement assez beau avec des cirrus et des altocumulus, parfois nombreux, voire accompagnés d’altostratus. En fin de matinée et à midi, le ciel est couvert de stratus fort bas, avec le sommet des buildings de Bruxelles disparaissant dans la nappe nuageuse. Sur le sud-est du pays, au lieu des stratus, ce sont des stratocumulus qui se présentent, et qui arrivent plus tard en journée.
Les températures sont généralement douces, mais avec quelques disparités. En plaine, les maxima atteignent 9 à 13°C et sur les hauteurs, 8 à 12°C. Ceci est lié par une situation d’inversion qui persiste, même si cette inversion est moins marquée que la veille. Mais sa résorption se fait plus ou moins bien selon les endroits, d’où les différences.
Sur le plateau des Hautes-Fagnes, il reste encore quelques traces de neige.

Le 25 novembre 2019, des perturbations en état de désintégration quasi complète abordent notre pays entre des hautes pressions à l’est et des basses pressions dont les principaux noyaux restent bien à l’ouest, sur l’Océan.
Les vents de surface soufflent de sud à sud-est et de l’air encore un peu plus doux arrive sur notre pays. À l’exception des Hauts Plateaux, les températures sont en hausse avec des maxima de 10°C au littoral et 11 à 13°C en plaine, ainsi que dans les vallées. Sur les hauteurs par contre, on perd quelques degrés avec environ 8°C au meilleur moment de la journée. C’est dû à une plus grande hauteur de l’inversion, qui se situe à présent au-dessus de 1000 mètres. Vers 1000 mètres par contre, on note la présence d’ une couche d’air un peu plus froid, qui influence aussi les températures des Hauts-Plateaux.
Il ne reste des perturbations que quelques bancs d’altocumulus, sinon, le temps est beau avec des cirrus. Certaines régions connaissent aussi du très beau temps, avec un ciel par moment presque serein. Sur l’Entre-Sambre-et-Meuse, on observe la formation de quelques cumulus. Le sud du pays connaît un brouillard assez coriace en matinée, et des cumulus plus nombreux l’après-midi, formant de véritables « rues » de cumulus, tant au-dessus de la Gaume que du Plateau ardennais.
Les toutes dernières traces de neige disparaissent en matinée du plateau des Hautes-Fagnes.

Le 26 novembre 2019 un flux de sud-ouest, commandé par une dépression au sud-ouest, puis sur le sud-ouest de l’Irlande, achemine différentes perturbations vers notre pays, d’abord faibles puis plus actives durant la nuit qui suit.
Le temps est très nuageux à couvert avec principalement des stratocumulus, parfois aussi des altocumulus dans de maigres éclaircies, puis couvert avec une tendance à altostratus / nimbostratus, doublés ou non de stratocumulus / cumulus fractus, et accompagnés de faibles précipitations (pluies et bruines).
Au sud du pays, présence nuageuse un peu moindre l’après-midi, avec persistance de rares éclaircies (stratocumulus + altocumulus).
Vers le milieu de la nuit, les pluies s’intensifient, avec localement presque 10 mm de précipitations, voire même un peu plus (Bièvre 12,4 mm ; Coxyde : 10,6 mm).
Les températures restent douces, avec des maxima souvent proches de 12°C en plaine et de 7 ou 8°C sur les hauteurs.

Le 27 novembre 2019, le noyau dépressionnaire irlandais s’est scindé en deux, l’un des deux noyaux se trouvant à la mi-journée sur le sud de l’Angleterre, l’autre sur l’est de l’Angleterre, en route vers la Mer du Nord. Il s’en suit que les courants continuent à être perturbés sur nos régions.
Le temps est plus instable aussi, avec des pluies tombant sous forme d’averses, mais sous un ciel très nuageux à couvert ne présentant que peu d’éclaircies. On observe en effet de très nombreux stratocumulus, auxquels se mêlent les nuages convectifs donnant les averses. Dans les quelques éclaircies, les stratocumulus se déchirent avec parfois des altocumulus, le tout accompagné de cumulus (fractus).
Ici et là, les précipitations sont abondantes, avec par exemple 20,2 mm à Bièvre et 15,1 mm à Aubange. Le vent est de la partie aussi, avec en soirée des rafales de 83 km/h à Uccle et de 76 km/h à Zaventem.
Les températures sont douces de nuit comme de jour, avec des minima ne descendant localement pas en dessous de 10°C et des maxima le plus souvent compris entre 11 et 12°C en plaine et autour de 7°C sur les hauteurs.

Le 28 novembre 2019, la dépression, refusionnée en un noyau, se trouve désormais sur le Danemark et continue à s’éloigner, mais une back-bent-occlusion détermine encore notre temps. Un front froid, issu d’une autre perturbation mais suivant de près l’occlusion, traversera notre pays durant la nuit qui suit.
Le temps est couvert avec un nimbostratus pluvieux qui nous arrose pendant presque toute la journée. Quelques cumulonimbus enclavés produisent aussi des averses. Qaund il ne pleut pas, on observe des stratocumulus doublés de cumulus (fractus). Sur le sud-est du pays, on voit quelques petits coins de ciel bleu.
Les précipitations sont à nouveau abondantes par place, avec par exemple 23,0 mm à Elsenborn et à Coxyde, et 16,4 mm à Bièvre.
Les températures baissent un peu, mais restent assez élevées pour la saison, avec des maxima de 10 à 11°C en plaine et autour de 6°C sur les hauteurs.

Le 29 novembre 2019, notre pays se retrouve à l’arrière du front froid, sous l’influence de courants polaires maritimes rapidement influencés par une vaste zone anticyclonique englobant entre autres les Îles Britanniques et l’Islande.
Au littoral, on observe des nuages convectifs dès le matin, puis de belles éclaircies avec encore des cumulus et des cumulonimbus générateurs de quelques averses.
Sur le restant du pays, on observe d’abord des altocumulus / stratocumulus le matin, puis des éclaircies avec encore quelques altocumulus / stratocumulus. Quelques restants de nuages convectifs parviennent à générer l’un ou l’autre faible averse.
Ci-dessous : restants de nuages convectifs, avec forte tendance à étalement, au-dessus de Beausaint.
Les températures maximales, en légère baisse, atteignent 9 à 10°C au littoral, 8 à 9°C en plaine et 3 à 4°C sur les hauteurs. En soirée, les températures baissent rapidement, avec déjà localement 3°C en plaine à 19 heures (nord-est du pays), avant l’arrivée du gel en plaine à 2 heures du matin (Retie : –0,1°C).

Le 30 novembre 2019, l’influence anticyclonique s’étend rapidement vers le continent, avec une certaine continentalisation de l’air polaire maritime.
Le temps est très beau en de très nombreuses régions, avec un ciel serein ou presque (quelques cumulus ici et là, parfois aussi stratocumulus cumulogenitus), et des cirrus à l’horizon en fin de journée.
D’autres régions, principalement au sud-est du pays, connaissent par contre du brouillard coriace, qui ne se dissipe qu’en cours d’après-midi, et parfois que très partiellement (stratus fractus).
Parfois, le brouillard se présente par bancs. À Florennes par exemple, la visibilité se réduit fortement à 11 heures, puis à nouveau à 16 heures, chaque fois de façon temporaire.
Les températures minimales sont le plus souvent légèrement négatives en plaine, avec en plaine –2,6°C comme valeur la plus basse à Koersel (mais 0,6°C à Beauvechain). En Haute Belgique, la valeur la plus basse appartient à Bièvre avec –3,6°C. En journée, dans les régions ensoleillées, les températures remontent bien, avec le plus souvent 7 à 8°C en plaine et jusqu’à 9°C dans certaines vallées (Hastière : 9,0°C). Là où le brouillard est coriace, les maxima ne dépassent pas 4°C, comme par exemple en Gaume (Aubange : 3,8°C ; Buzenol : 3,9°C).

Novembre était appelé brumaire dans le calendrier républicain. Brumes et brouillards dans la vallée de la Meuse à Dinant, le 30 novembre 2019.
Photo : Webcam de Dinant.  

1273 visiteurs en ligne

A propos

Créé en 2001 par plusieurs passionnés de météorologie, MeteoBelgique n'a cessé de grandir et est rapidement devenu le site de référence en Belgique francophone fort de plus de 15 années d'expérience dans les domaines des prévisions météorologiques, des analyses climatologiques et du réseau en temps réel. MeteoBelgique regroupe également une communauté active à travers ses forums de discussion.

Préférences des cookies

Nos partenaires et nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider si vous autorisez ou non l'utilisation de ces cookies.